SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Hollow man (Director’s cut) - Edition Blu-ray (France)
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Hollow man (Director’s cut) - Edition Blu-ray (France) "
de Paul Verhoeven
 

Avec Kevin Bacon, Elisabeth Shue, Josh Brolin, Kim Dickens
Columbia TriStar Home Vidéo

Le dernier film américain tourné par Verhoeven à ce jour. Depuis, un des meilleurs cinéastes du 7ème Art s’en est retourné dans sa natale Hollande et y a tourné un nouveau chef-d’œuvre à rajouter à « Le quatrième homme », « La chair et le sang », « Robocop » (bientôt le Blu-ray, on en reparlera...), « Showgirls », « Starship troopers », à savoir « Black book » (au passage, disponible en Blu-ray américain non zoné et absolument superbe !). Mais avant, il y eut donc ce « Hollow man » que Verhoeven ne porte pas dans son cœur.
Sebastian Caine dirige une équipe de scientifiques engagés secrètement par l’armée pour mener des expériences sur l’invisibilité. Quand Caine touche enfin au but, il ne le révèle qu’à moitié à ses sponsors car il veut tester le sérum sur lui. Entouré de ses collaborateurs, Caine va donc souffrir quelques minutes avant de devenir invisible. Mais ce qui n’était qu’une expérience va bientôt déborder à partir du moment où le sérum de régénérescence de sa visibilité ne marche pas sur lui. Extrêmement jaloux, suspicieux, ambitieux, tous les défauts de Caine vont être exacerbés par cette invisibilité qui va lui donner des pouvoirs quasi divins à lui, simple mortel qui va enfin assouvir ses plus vils instincts dans le plus strict anonymat.
Ce qui a intéressé Verhoeven dans ce film, selon ses dires, ce sont des effets spéciaux assez impressionnants, encore aujourd’hui : l’invisibilité n’a jamais été aussi bien rendue. Autrement, le Hollandais savait que le studio ne le laisserait pas déborder pour déverser tous ses fantasmes sur ce qu’un tel pouvoir peut générer. Certes, on a droit à une séance de viol mais qui fut coupée de quelques plans pour l’exploitation en salles et qui sont réintégrés dans cette édition Blu-ray en intégralité, comme pour le DVD au passage. Ceci ne suffit pas à Verhoeven qui n’arrivera que très difficilement donc à imposer ses idées dans le film. On sent bien que ses acteurs jouent le jeu mais le cinéaste connaît Hollywood et comme ses deux derniers films - chefs-d’œuvre ont été massacrés, inutile d’en remettre une couche ici. Mais franchement, « Hollow man » est très loin d’être un mauvais film. De manière déguisée, on y retrouve une bonne partie de ses déviances, de ses obsessions, de ses folies. La censure le guette ? il met du gore de façon détournée comme la scène où des sacs d’hémoglobine sont éventrés sur le sol. De plus, jusqu’à présent, tout film centré sur un homme invisible faisait de ce dernier soit une victime (« Mémoires d’un homme invisible » de John Carpenter) soit une sorte de super héros (toutes les séries TV). Ici, l’invisibilité exacerbe les vices d’un homme déjà gangrené par l’envie, l’ambition et la jalousie, au point de le transformer en pur psychopathe n’attendant que cela pour satisfaire ses pires instincts. Tout cela, Paul Verhoeven l’a donc mis dans son film et même si il a tendance à le mépriser, « Hollow man » n’en demeure pas moins un film de Paul Verhoeven. Passons au Blu-ray : simplement, dans l’ensemble, il se révèle très beau. L’invisibilité prend une nouvelle forme, et on se rend compte que même dix ans après, les effets spéciaux sont remarquables. Le Blu-ray le confirme et si certaines images accusent un peu leur âge (et donc que cette édition n’a pas été revue en détails pour une sortie Blu-ray), l’ensemble est plus que satisfaisant. Niveau bonus, c’est comme le DVD : trois documentaires constituent le meilleur, surtout celui où on voit Verhoeven à l’œuvre. On n’est pas face à l’excellent documentaire sur Verhoeven dans « Basic instinct », mais il n’en demeure pas moins que pour l’ensemble, ces bonus font de cette édition l’indispensable Blu-ray à avoir dans sa nouvelle « Blu-raythèque » consacrée au Hollandais le plus célèbre de ces trente dernières années, avec en fer de lance des Blu-ray lui étant consacrés, celui NON ZONE (donc lisible sur vos PS3 et lecteurs achetés en France), le magnifique « Black book ».

Films : 7/10.
Blu-ray : copie excellente, image 1080p Haute Définition 16x9 1.85 :1 - Bonus : 6/10 : scènes coupées - commentaires audios - reportages sur le tournage - interactivité pendant le film pour suivre le tournage - visites des plateaux - etc...
.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire