SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Interviews -  Victor Salva


Interview de Victor Salva
Par Par Marc Sessego

Dernier ajout : mercredi 19 mai 2004

"Victor Salva"

INTERVIEW VICTOR SALVA

C’est dans sa superbe maison de Los Angeles que Victor Salva me reçoit pour SFMag.... Aux murs de son salon sont accrochées les affiches de ses films sur lesquelles sont apposées toutes les signatures des gars qui ont travaillé avec lui : Ses fidèles équipiers !

Nous commençons par parler de son dernier film, “ Jeepers Creepers 2 ” et Victor nous invite a partager sa passion qui a pris naissance alors qu’il n’était qu’un enfant.. Il nous parle de l’aventure qu’a constituée pour lui les 2 volets d’une série qui, a sa grande surprise, sont entrés dans les annales du Fantastique.....

C’est un réalisateur passionné, dont l’amour de la pellicule transparaît a chacun de ses propos et qui éprouve une fascination totale pour le Fantastique qu’il sait apprécier et faire apprécier a merveille.

SFM : Victor, Qu’est ce qui vous a décidé a écrire une histoire d’horreur ?.

VS : Vous savez j’écris des histoires d’horreur depuis l’âge de 12 ans. Je pense que tous les gosses de cet âge adorent les films d’horreur. J’ai commencé vraiment très jeune a faire des films de ce genre. Mon premier film pour le grand écran “ Clownhouse ” est un film d’horreur, et pour être tout à fait sincère après “ Nature of the beast ”, “ Powder ” et “ Rites of passage ”, le genre me manquait. Je me suis dit qu’il était alors temps que je fasse “ mon propre film d’horreur ” ou plus précisément “ mon ” film de monstre. jusqu’à présent, “ L’étrange créature du lac noir ” est toujours mon film de monstre préféré

SFM : Pourquoi ?.

VS : Par ce que je pense qu’il avait le meilleur design et la meilleure musique.... même si les 2 autres ne sont pas très bons je les adore. En plus vous ne pouvez pas imaginer a quel point cela fait plaisir de se dire avec ses copains “ allons faire notre film de monstre. C’est de cette idée la qu’est né le “ Creeper ” et le film.

SFM : Est ce que “ Jeepers Creepers 2 ” est le fruit de votre volonté ? Du studio ? ou de quelqu’un d’autre ?.

VS : Ce serait faux de dire que c’est le choix d’autrui. Quand j’étais jeune et stupide, et que je disais plein de “ conneries ”, je disais que je ne ferai jamais aucune suite a aucun de mes films et cela s’est avéré complètement faux. J’ai été convaincu par Francis Ford Coppola et d’autres personnes également, de faire une suite a “ Jeepers Creepers ”, avec le budget nécessaire et le temps pour le faire. Exactement ce que j’avais désiré et n’avais pas pu avoir sur le 1er.

SFM : Comment avez vous créé le “ Creeper ” ?.

VS : En repensant a ce que j’étais mentalement a 12 ans : j’ai fait la liste de ce qui me fichait vraiment la trouille.... Qu’est ce qui me terrifiait et me terrifierait encore maintenant ?. La toute première chose est que le monstre, quel qu’il soit, doit menacer votre vie, et je crois que l’horreur absolue réside dans le fait d’être mangé. Et je me suis dit que ce serait encore plus horrible si le Creeper mangeait les gens encore en vie.
J’aime aussi les films où les monstres se métamorphosent et Alien en est le parfait exemple, car la créature évolue constamment.

De plus j’ai voulu jouer avec le public car dés la séquence d’ouverture vous pensez que le Creeper est un vieil homme et a la fin vous découvrez qu’il s’agit d’une créature ailée.

Pour moi, avant même d’en avoir terminé l’écriture, “ Jeepers 1 ” tournait autour de l’idée absolument répugnante, dégueulasse et terrifiante de la scène du Resto ou Darry et Trish sont appelés et la serveuse leur dit que quelqu’un était en train de tourner autour de leur voiture et de renifler le linge sale de Darry en semblant y prendre plaisir. Je me suis dit qu’avec ca on avait un super sujet de film d’horreur.

SFM : Pourquoi n’avez vous pas suivi vos personnages comme c’est le cas par exemple de “ Mummy 1 et 2 ” ?

VS : En fait, c’était mon idée originale..... J’ai écrit un script ou les parents de Trish viennent la chercher au poste de police et... tout recommence car quelque chose les suit. On réalise a ce moment que Darry est le creeper et qu’il n’est évidemment pas heureux de sa nouvelle situation.

Dans ce script, une fois Trish retournée chez elle, Darry revenait tous les soirs sur un arbre au fond du jardin et la suppliait de l’aider a ne pas devenir cette “ horrible chose ” !... (Il rit)... Très cool idée de départ !.... mais, malheureusement, le film ne faisait plus peur. Ce scénario avait Trish, la psychique et le shérif du poste de police, enquêtant tous ensemble sur le creeper, trouvant son camion et ses armes dont certaines provenaient de l’époque romaine aussi fou cela puisse paraître ! Le principal problème était que le film partait sur un tout autre concept - certainement fascinant - mais plus du tout terrifiant.....

Alors qu’une équipe de jeunes sportifs attaquée dans un bus en pleine cambrousse !... Croyez moi, la il y a beaucoup d’opportunités pour réinstaurer une vraie peur ! Il ne faut pas oublier que le public actuel est compose a 80% de jeunes qui aiment avoir peur et ne vont pas au cinéma pour se poser des questions. Il nous fallait également respecter les fans du 1er et j’ai découvert, a ma grande surprise, qu’il y en avait beaucoup et même de très jeunes.

SFM : Pourquoi le personnage de Darry revient-il dans ce rêve ?.

VS : Je voulais retravailler avec Justin avec lequel le tournage du 1er avait vraiment été un plaisir.... Justin est un gars incroyablement talentueux et il y a toute une liste de personnes que je mettrais volontiers dans mon ensemble de casting si je puis dire. Mais, vous savez, nous étions cependant tout a fait prêt a ne pas avoir Justin dans cette suite, pour quelle que raison que ce soit : trop petite apparition pour lui...., emploi du temps non compatible...., etc.....

SFM : Ray wise était-il votre premier choix ?.

VS : Ray Wise était mon premier choix mais.... ce n’était pas celui du Studio.. C’est un merveilleux acteur et J’essaie de travailler avec lui aussi souvent que possible, mais ce n’est pas aussi facile que cela car pour certains il n’est pas aussi célèbre que vous pourriez le penser. Je voulais que Ray joue Taggart, et j’avais aussi 2 autres personnes en tête, l’une d’entre elle dont je ne veux pas vous citer le nom a tout fait : bouts d’essai....., costumes...., et--- 6 jours avant le premier tour de manivelles il s’est retiré du projet en disant qu’il voulait beaucoup plus d’argent... Vous imaginez la situation ! ! ! Et boum !... comme un dieu tombé du ciel, Ray est arrivé..... j’ai dit au studio : “ je peux avoir Ray Wise et il sera prêt a tourner dans une semaine ! ”

SFM : Pour cette suite, quel a été votre plus gros challenge ?.

VS : Ecrire..., préparer..., storyboarder... et tourner toutes les grosses scènes d’action en faisant en sorte que cela ressemble a ce que j’avais sur le papier : Le Creeper volant.., le bus.., le camion.., l’explosion.., le harpon... ! Vous savez je ne vais pas faire un film sans m’y investir a 200%, cela peut sembler étrange pour “ Jeepers Creepers 2 ” mais il n’y a aucun de mes films qui ne soit pas moi.

Ce que je veux dire c’est que je veux que mes films soient bons car ils me représentent moi.., mes sentiments.., ma philosophie.., mes observations sur le monde.., ce que je voudrais partager avec le monde.

Les scènes d’action furent les plus dures et franchement je n’en suis pas totalement satisfait. Nous avions tout de même un budget serré avec quelques 50 plans d’effets visuels. Les scènes d’action sont très facile a écrire, super cool a regarder, mais horriblement longues et parfois dangereuses a tourner. Vous pouvez passer votre nuit entière dessus pour n’obtenir que 3 misérables plans.

SFM : Lorsque l’on voit les scènes entre le Creeper et “ Double D ” joué par Garykayi Mutambirwa, vous semblez rendre hommage a la série des “ Alien ”. Est-ce vrai ? aimez vous, vous-même, la série des “ Alien ” ?.

VS : (Il rit) Je suis un big fan de la série ! Je pense que, sur tous les plans, le 1er est un véritable chef d’œuvre : il dépeint exactement des routiers de l’espace qui sont dans un sacré pétrin.... Et il est visuellement “ so ” élégant. le second est très bon, bien qu’a mes yeux ce soit un gros comic-book spatial mis a l’écran. J’aime aussi ce qu’a fait Fincher sur le numéro 3, d’ailleurs j’ai entendu de Lance Henriksen tous les problèmes et l“ em....es rencontrés par la production... au niveau même de l’écriture. Quant au 4eme, c‘est tellement dur d’arriver sur un projet comme Alien et d’y apporter un vision fraîche, je n’aurais pas voulu être a la place de Jean Pierre Jeunet.

SFM : Pourquoi avez-vous changé de format ?.

VS : Depuis le début de ma carrière, J’ai toujours voulu tourner en scope (Ex : Alien, ndlr) ! Sur mon premier film “ Clownhouse ” Francis (Ford Coppola) voulait que je tourne en “ Technovision ” mais cela m’a semblé quelque peu compliqué surtout au niveau des rushes journaliers, nous sommes donc passés au format 1.85 (Aliens de James Cameron, ndlr) et croyez moi, passer de la vidéo puis au 8mm, puis au 16mm, pour en arriver là c’est pour moi un rêve devenu réalité. J’ai toujours eu envie de tourner dans ce format large. Le problème est au niveau du budget, aussi, a chaque fois que je commence un nouveau projet je me concerte avec mon DP (Directeur de la photo, ndlr). Sur “ Jeepers 2 ” nous sommes arrivés a la conclusion que le scope était cette fois finalement possible. “ Jeepers 2 ” a été, pour lui comme pour moi, notre 1er film scope : Un baptême quoi ! Et lorsque, des le premier jour nous avons vu les rushes... Ah !... L’image était somptueuse !

SFM : Quelle fut pour vous la scène la plus dure a tourner ?

VS : Sans conteste : Le milieu du film. Le bus est en panne, les coaches ont été enlevés par qui vous savez, tous les mômes ont la trouille de sortir de ce bus, et le Creeper rode au dessus et autour du bus. Toute cette 2eme partie du film va se dérouler dans cet univers confiné qu’est l’intérieur du bus. Il a été très difficile de tourner dans un environnement aussi étroit, nous étions exactement comme dans un tube de pâte dentifrice ! Nous avons dû tourner dans ce petit espace pendant 3 semaines et croyez moi c’était très dur car le manque de place vous rappelle constamment a l’ordre. Tous les plans, toute la lumière furent un véritable cauchemar.

SFM : Vous êtes-vous impliqué dans le son ?.

VS : Absolument, je me suis complètement impliqué dans la bande son bien que, techniquement, beaucoup de choses m’échappent encore. D’ailleurs je peux vous dire que je suis très déçu du son de “ Jeepers 2 ” : il y a tellement de sons qui manquent ... J’aurais vraiment voulu une bande son beaucoup plus poussée. Je ne parle pas de la qualité sonore je parle des sons manquants que j’aurais voulu y insérer mais nous n’avons pas eu assez de temps pour cela a mon grand désespoir. Je vais vous expliquer comment s’est passé notre post-production (Ajout des effets spéciaux..., montage..., ajout du son, ndlr).

Pour monter un film, il faut le travailler et arrêter... puis s’y remettre et arrêter de nouveau. Comme cela vous pouvez regarder votre travail avec un œil frais et neuf a chaque fois. Il vous est possible alors de voir presque immédiatement ce qu’il vous faut changer ou garder. Sur “ Jeepers 2 ”, bien que nous ayons eu un emploi du temps sur lequel nous étions tous d’accord, nous n’avons eu le temps que pour une seule projection test et le film devait être finalisé 3 jours après. Par Finaliser je veux dire que votre film est bouclé, plus aucun changement possible, la copie finale va au labo pour être tirée en “ x ” nombre d’exemplaires. Nous n’avons pu avoir qu’une seule version du film, et nous n’avons eu que 3 jours pour faire des changements.

D’habitude, vous faites votre projection test, puis vous avez environ 2 semaines de changement et vous le “ retestez ” auprès du public et vous avez encore 2 semaines pour faire d’autres changements, puis vous décidez de votre version finale. Nous avons eu 2 semaines - a soustraire de notre emploi du temps - et ca a été un véritable cauchemar artistique pour moi.

SFM : Diriez vous que “Jeepers 2” aurait pu être encore meilleur ?.

VS : Oh que oui !... Et comment ! ! !.

SFM : Pouvez-vous nous parler de votre prochain projet “ the Watch ” (La Ronde , ndlr).

VS : J’ai signé avec “ New Line Cinéma” pour réécrire un scénario s’intitulant “ The Watch ” qui se déroule pendant la seconde guerre mondiale. Je sais qu’ils ont apprécié la version que j’ai écrite et j’attends maintenant leur suggestions. J’essaie autant que possible de faire de ce scénario un film de guerre combiné a un film d’horreur.

SFM : Victor, Merci infiniment de nous avoir fait partager votre expérience...

VS : C’est moi qui vous remercie !

Propos recueillis par Marc Sessego pour SFMag le 24 janvier 2004
Aide à la traduction et Corrections : Andrée Cormier


Retour au sommaire