SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Shrek


"Shrek" de Andrew Adamson et Victoria Jenson







 

Shrek de Andrew Adamson et Victoria Jenson


Sortie le 4 juillet 2001


Réalisateur : Andrew Adamson et Victoria Jenson


Avec :
Mike Myers, Eddie Murphy, Cameron Diaz, John Lightow


Il était une fois... un monstrueux ogre vert, cynique et irascible, prénommé Shrek, qui vivait paisiblement en ermite au cœur d’un marais pestilentiel. Jusqu’au jour où son territoire fut envahi par une foule de créatures féeriques bannies par Lord Farquaad, méchant nabot mégalo aux ambitions démesurées régnant de façon despotique sur le Royaume de Duloc. Afin de préserver sa solitude, Shrek est obligé de conclure un accord avec l’ignoble Farquaad. Celui-ci lui promet de lui rendre son marais en l’état à condition qu’il délivre la Princesse Fiona des griffes d’un abominable dragon. Mais la Princesse, qui n’a rien d’une faible femme, cache un terrible secret qui va bouleverser la vie de Shrek et de son malicieux compagnon, un âne, qui a le gros défaut d’être un bavard impénitent.


Shrek est non seulement un film iconoclaste et déjanté, parodiant sans merci les contes de fées de notre enfance en s’amusant à en bafouer les conventions et à les tourner en dérision (Disney en prend pour son grade), mais c’est aussi une allégorie généreuse montrant que chacun a sa place sur terre et peut découvrir son âme-soeur.


Bénéficiant des toutes dernières techniques dans le domaine de l’infographie, ce film d’animation irrévérencieux et purement jubilatoire est calibré pour plaire à un très large public : des tous petits aux adultes (qui y retrouveront une seconde jeunesse) en passant par les ados avec son clin d’œil à Matrix.


Le scénario déjanté et ses “ héros ” atypiques rappellent l’univers des Monty Python, et est boosté par une bande originale qui déménage. Quant à la mise en scène, elle fait appel aux techniques propres au cinéma live : mouvements de grue, travellings à la Steadycam, etc. Avec sa double morale (“ on doit s’accepter tel que l’on est ” et “ il faut savoir regarder au-delà des apparences ”), son savant dosage d’humour et d’émotion, sa multitude de gags et de trouvailles originales soutenus par des dialogues brillants et incisifs, Shrek sera incontestablement l’un des grands succès de l’été.


++++


Josèphe Ghenzer




Retour au sommaire