SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Eden Log


"Eden Log" de Franck Vestiel

Sortie le 26 décembre 2007
Un film de Franck Vestiel
Ecrit par Franck Vestiel et Pierre Bordage
Avec Clovis Cornillac, Vilama Pons
Distribué par BAC Films.

1/10 ou 7/10

"Un homme reprend conscience au fond d’une grotte.

Il n’a pas la moindre idée des raisons qui l’ont amené jusque-là, pas plus qu’il ne sait ce qui est arrivé à l’homme dont il découvre le cadavre à côté de lui.

Seule solution pour échapper à la créature qui le poursuit : remonter jusqu’à la surface à travers un réseau aux allures de cimetière et abandonné par une mystérieuse organisation, Eden Log."

Autant le dire tout de suite, "Eden Log" est à la limite du film expérimental. Film indépendant à petit budget tourné en cinq semaines dans une champignonnière
dans la banlieue parisienne, ce premier film de Franck Vestiel ne laissera pas indifférent.

On aurait pu avoir ici un film à suspense, un film d’horreur à la "Alien", un thriller de SF.... mais non. Dans ce film claustrophobique, qui se déroule entièrement dans une grotte (mis à part à la toute fin), on suit un personnage qui naît littéralement de la boue. Un homme sans mémoire qui ne sait pas où il est, ni pourquoi. Le spectateur ne quittera pas d’une seconde ce personnage, et devra lutter comme lui pour essayer de saisir ce qui se passe autour de lui. On a parfois du mal à suivre ce qui se passe à l’écran (du fait de l’obscurité et des mouvements de caméra), à entendre les rares bouts de dialogue,... Pas facile d’entrer dans le film. Mais pour celui qui accepte l’immersion, le film peut offrir une belle expérience.

"Eden Log" est un film audacieux, qui même s’il n’est pas toujours exempt de maladresses, est la preuve qu’on peut encore faire un cinéma de genre ambitieux. Rien que pour cela, on a envie de le soutenir. Le scénario, co-écrit par l’écrivain Pierre Bordage, bâti autour de la problématique écologique et l’enjeu énergétique, est confus, mais pas incompréhensible. Au spectateur de tirer ses propres conclusions.

On peut saluer également la performance de Clovis Cornillac qui se livre ici à une véritable performance physique. Le tournage n’a pas été facile, et cela se voit à l’écran !

Bien sûr ce film n’est pas une oeuvre très grand public. On peut toutefois regretter sa sortie très limitée dans une petite soixantaine de salles ! A ce sujet, un message a circuler sur Internet pour protester du fait que le film soit ainsi "mis à la poubelle".

Nicolas Botti



Retour au sommaire