SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Ceux qui dorment en ces murs




"Ceux qui dorment en ces murs "
de
Serge Brussolo

Editeur :
Plon
 

"Ceux qui dorment en ces murs "
de Serge Brussolo



Sâo Carmino est une « cité radieuse » construite entre Amazone et jungle. C’est un paradis urbain où pèse la loi du Maître d’école qui note les habitants en fonction de ses propres règles, un équilibre entre bonnes et mauvaises actions. « On a le droit d’assassiner ses voisins à condition de sauver un bébé d’un incendie ». Cependant, il y a une règle intangible : ne pas dégrader la ville !

David est un préadolescent qui vit avec Abaca, sa tante, dans la favela où se sont entassés les ouvriers qui ont construit la cité, mais qui n’ont pas été payés. Sa tante est une sorcière qui gérait une église aux fidèles fortunés, jusqu’à ce qu’un démon la possède lors d’une pratique qui a mal tourné. Depuis, c’est la dégringolade sociale. Pour survivre, elle prépare des potions curatives que David va livrer à de riches clients.

Mais la cité a été construite sur le territoire des singes et ceux-ci revendiquent leur bien. Ils ont déjà conquis le cimetière, mis à l’écart parce qu’il ne faut pas rappeler ce qui touche à la mort. Sâo Carmino est surtout peuplé de vieillards !
Les singes s’enhardissent. Ils s’en prennent aux chiens... On dit qu’ils ont déterré des cercueils et dévoré des cadavres. L’âme des défunts est passée en eux. Ces morts viennent réclamer des comptes. L’inquiétude grandit ; les gens se barricadent dans leurs luxueux appartements.

Parallèlement, le lieutenant de police, Manuel Corco est tracassé. Matt Meetchum, qui se dit journaliste envoyé par une revue spécialisée en urbanisme, n’a pas le profil de l’emploi et passe son temps à fouiner.

Au cœur de la favela, les frères Zotès font régner la terreur. L’un était catcheur et les coups lui ont fait perdre la raison. Depuis, il poursuit son rêve de gloire, attaquant et détruisant tout ce qui traverse son territoire, animaux comme humains...
Un vol spectaculaire a défrayé la chronique, voilà un an. Un million de dollars de diamants ont été pris chez le meilleur bijoutier de la ville. Mais, ni le voleur, ni les diamants n’ont été retrouvés !

Les singes deviennent de plus en plus agressifs et des morts inexplicables... La peur est patente...

...Et avec Serge Brussolo aux commandes d’une histoire, l’angoisse n’est jamais très éloignée. Il mêle données fantastiques, magie, force irrépressible de la jungle, croyances ésotériques, transfert des âmes et espoir de richesse pour qui mettra la mains sur le butin. Avec ces éléments, l’auteur a tout ce qui lui faut pour transformer Sâo-Carmino en une marmite où vont se cristalliser toutes les peurs, resurgir les terreurs ancestrales. Il joue avec toutes les causes d’inquiétude, de frayeur, depuis la peur du noir, de la nuit, jusqu’aux dangers plus réels.

Les « vieux » lecteurs des romans de l’auteur croiront rajeunir et revenir en 1987, lorsqu’ils dévoraient Les Animaux funèbres et L’Ombre des gnomes ! En effet, il y a beaucoup de similitudes entre le présent roman et une série incomplète parue dans la collection Anticipation du Fleuve Noir. Certes la ville s’appelait San Carmino, elle était coincée entre mer et jungle, mais les singes, là aussi, revendiquaient leur territoire, les frères Zoltès jouaient déjà les terreurs... Cependant, si l’auteur reprend nombre d’éléments, voire des textes entiers, il donne à son intrigue une orientation quelque peu différente qui amène à une fin comme seul il en a le secret.

Ceux qui dorment en ces murs reste un excellent thriller fantastique, avec une intrigue où la tension est constamment maintenue.

Serge Perraud

Ceux qui dorment en ces murs, Serge Brussolo, Plon, mai 2007, 347 pages, 19,90 €






Retour au sommaire