SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Le Prestige (The Prestige) - Edition HD DVD
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Le Prestige (The Prestige) - Edition HD DVD "
de Christopher Nolan
 

Avec Christian Bale, Hugh Jackman, Michael Caine, Scarlett Johansson, David Bowie, Andy Serkis.
Warner Home Vidéo

Et voici l’édition HD-DVD du film de Chrisopher Nolan, chroniqué en DVD dans le magazine. On voit disséquer plus en détails les bonus, pas énormes mais très instructifs dans ce qu’ils montrent. Et revenir sur ce film, injustement boudé par certains, alors qu’en beaucoup de points, il est quasiment parfait.
Au début du vingtième siècle, deux hommes, Robert Angier (Hugh Jackman) & Alfred Borden (Christian Bale) ont découvert une passion commune : la magie. Arrivés enfin à un certain niveau et à une renommée grandissante, ils s’observent, se respectent, avant qu’un début de jalousie commence à naitre du fait d’un numéro plus fort de la part de Borden. Les coups bas se succèdent, la haine s’installe, gangrénant leur art. La découverte de l’électricité va alors pousser Angier à se rapprocher d’un éminent savant, Tesla, qui va lui faire découvrir de nouvelles dimensions dans la magie. La lutte semble alors tourner à l’avantage d’Angier avant que d’ultimes drames relativisent cette guerre fratricide absurde entre deux artistes, détruisant du même coup ce qu’ils ont de plus cher au monde.
A la base, il y a le roman de Christopher Priest, riche mais aussi assez ardu, tout en étant cependant passionnant : le duel entre ces deux « magiciens » étant des plus fascinants, métaphore des luttes de pouvoir entre deux hommes, un conflit vieux comme le monde. La force du film, c’est d’en avoir fait une réelle adaptation, à savoir conserver le cœur, l’essence du roman, tout en prenant la liberté de modifier certains points. En l’occurrence ici, la fin n’est pas la même que dans le bouquin. Elle est largement meilleure. Ensuite, c’est d’être assez amoureux de cette histoire pour retranscrire visuellement toutes les richesses décrites littérairement. Et Christopher Nolan, qui a commencé par le discret, curieux et intéressant (mais pas génial...) « Following », a prouvé ensuite avec « Memento », et surtout « Insomnia » et surtout surtout « Batman begins », qu’il était plus que doué, de s’approprier le roman, de le respecter, et de retranscrire avec maestria cette époque post-victorienne. C’est magnifique, raffiné, élégant, racé, bref superbe quoi. Et c’est à ce niveau que le HD-DVD du film gagne ses galons : il fallait ce support pour apprécier et tomber amoureux de l’esthétisme du film. L’ambiance feutrée, la beauté sauvage du repaire de Tesla, etc..., tout cela trouve en HD-DVD l’écrin parfait pour conserver l’ensemble de ces qualités visuelles. C’est par moments étourdissants, ce qui n’a rien d’étonnant quand on est en présence d’un film très récent, heureusement d’ailleurs. Maintenant, il y a aussi tout le reste, dont une nouvelle performance de Christian Bale qui éclipse totalement son rival, presque falot à côté ! Mais concernant uniquement le HD-DVD, « Le prestige » y trouve son meilleur support pour y être apprécié à sa juste valeur, c’est évident. Maintenant, les bonus : en gros, il n’y en a qu’un qui vaille le coup. Un making-of éclaté en cinq petits modules, qui nous permettent de comprendre la vision du film selon Nolan, de découvrir Christopher Priest (je me l’imaginais plus jeune, c’est marrant) qui défend le film malgré ses « libertés » par rapport à son roman, l’envers du décor, les acteurs revenant sur le film (le meilleur dans son analyse : Bale, le pro des pros lui !) avec un Michael Caine qui compare Nolan à Hitchcock : amusant, vu qu’il n’a jamais tourné avec Alfred, Michael... Le reste n’étant que galerie de photos sur des thèmes précis. Qu’importe, l’essentiel est concentré dans ce making-of en cinq chapitres, qui a la mérite de nous faire encore plus apprécier le film, magnifique histoire aux frontières du Fantastique, love-story d’une autre époque, duel original, somptueusement mis en valeur par le support HD-DVD. Et un film qui se clôt sur une fin bien plus impitoyable que celle du roman, plus poignante, émouvante aussi. A la revoyure, le film gagne en qualités et, franchement, là, vous tenez un chef-d’œuvre.

Note film : 10/10 (copie magnifique, format d’origine 2.41 respecté, image 16/9ème haute définition)
Bonus DVD : 8/10 : making-of en cinq parties (30 mn) - galeries de photos - bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire