SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  La tranchée
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"La tranchée"
de Michael J. Bassett
Tranchée  

La tranchée



Réalisateur : Michael J. Bassett


Avec :
Jamie Bell, Laurence Fox, Hugo Speer.


Un " invité " du Festival de Gerardmer 2003, un premier film qui aurait pu être un excellent shocker gothique selon le vœu de son réalisateur. Mais suite aux pressions des producteurs, " effrayés " par l’étiquette Horreur, qui exigèrent un traitement plus réaliste pour aller dans le sens plus large d’un récit anti-militariste, La tranchée (Deathwach en vo) échoue dans les deux genres, devenant du coup un drôle de canard boiteux.


Durant la 1ère guerre mondiale, un jeune engagé, Charlie Shakespeare (Jamie Bell, connu pour avoir été Billy Elliott) voit toute sa compagnie se faire massacrer sous les balles des mitrailleuses allemandes. En compagnie de quelques survivants, il essaie de regagner les lignes alliées. Mais pris entre deux feux, le groupe ne trouve refuge que dans une tranchée abandonnée. Et là, ce ne sont plus seulement les balles qui peuvent tuer, mais aussi les morts...


On sent à la base la volonté de faire un film d’horreur pour dénoncer le cauchemar de tout conflit guerrier. Ceci était volontairement le souhait premier de Michael J. Bassett. Seulement ses producteurs ont craint que le genre ne nuise à la carrière commerciale de leur projet. Ils poussèrent donc le réalisateur à modifier l’intrigue pour que le Fantastique s’efface progressivement au profit d’une psychose de groupe qui aboutirait à un constat des plus rationnels sur ce qu’est la guerre. Le résultat est tout autre puisque La tranchée n’arrive jamais à poser correctement ses bases dans un genre ou dans l’autre.


Le mélange n’est pas du tout homogène, nuisant logiquement au film et à son déroulement. Si certaines scènes demeurent excellentes (telle celle des soldats morts embourbés qui reprennent vie, entourant de barbelé un des survivants), c’est parce qu’elles constituent celles qui existaient initialement dans le projet de faire un shocker horrifique. Il y a quelques mois, Le bunker avait déjà amorcé la rencontre du film de guerre avec le Fantastique, pour un résultat intéressant mais pas convaincant. La tranchée aurait pu être le second essai qui confirmait la réussite de l’originalité du projet, mais ce n’est pas le cas par la faute de producteurs trop frileux pour assumer jusqu’au bout ce qu’ils avaient accepter. Dans l’affaire, si Michael J. Bassett est frustré, ses producteurs eux, ont tout perdu


Il y a quand même une justice. Maintenant, il y a aussi une bonne nouvelle, c’est que cette édition DVD se révèle assez riche : on y trouvera un making-of des plus normaux, mais surtout une interview du réalisateur qui ne dira pas ce qu’il révéla à Gerardmer mais qui arrive cependant à bien nous révéler ce qu’il souhaitait vraiment faire de La tranchée : un vrai film d’horreur fantastique comme on le devine par moments.


Film : 6/10 DVD : 6/10



Bonus (vostf) : commentaire audio de J. Bell, L. Fox et M.J. Bassett ; making-of ; scènes coupées ; interviews du réalisateur et des acteurs..

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire