SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Vendredi 13


"Vendredi 13"
de Sean S. Cunningham
V13  

Vendredi 13


Réalisateur : Sean Cunningham


Avec :
Kevin bacon, Betsy Palmer, Adrienne King


A l’heure où le cinéma nous donna un duel attendu mais fort décevant avec Freddy contre Jason, le premier Vendredi 13 arrive enfin en zone 2. Pourquoi autant de temps alors que tous les autres épisodes (sauf Jason va en enfer, mais en recadré et version censurée chez Metropolitan Vidéo, allez voir du côté canadien, la version intégrale en format respecté est sortie l’an passé) sont disponibles depuis quelques mois maintenant ? Parce qu’à l’époque, Vendredi 13 était un film indépendant, distribué par Paramount aux USA qui au vu des énormes bénéfices acheta simplement les droits pour ses suites.


Du moins jusqu’à la chute et là, c’est New Line qui récupéra la mise et qui s’en frotte aujourd’hui les mains vu l’incroyable succès de Freddy contre Jason. Et donc, en France, l’opus 1 fut distribué par Warner Bros. Qui le sort enfin, en même temps que cet éditeur revoit sa politique en DVD. Déjà, fini les boîtiers différents des autres, ça y est, cela s’est harmonisé. Bon, ça à la rigueur, pas grave. Mais le plus important, c’est que Warner cherche vraiment à agrémenter ses films de bonus. Et dans le cas présent, on a droit à un chouette petit documentaire où la plupart des protagonistes reviennent sur ce succès surprise étourdissant et sur sa mise en chantier.


Tous, à part Kevin Bacon, qui ne veut plus entendre parler de ce film, et Tom Savini. C’est pourtant ce dernier qui est essentiellement à l’origine de la réussite commerciale du film, en plus du coup de bluff du titre. Pour le reste, tout le monde s’accorde à dire que ça ne casse pas 3 pattes à un canard. Bon, en ayant vu quelques dizaines, je peux vous confirmer que Vendredi 13 n’est pas non plus le pire des slashers. Vendredi 13, pour celles et ceux qui ne connaissent pas, c’est l’histoire d’un camp de vacances dans lequel tous les moniteurs, avides de bouffe et de sexe au détriment de l’encadrement des jeunes bambins, se font trucider un par un de manière abominable par un mystérieux assassin. Qui a vu Scream saura que dans ce premier film de la saga, ce n’est pas Jason le meurtrier mais... Sinon, tout cela est très limité, autant que le jeu des acteurs est amplifié et que la réalisation est banale. On est loin de la réussite formelle d’un Halloween.


Mais cela se trouve par contre compensé par des effets spéciaux de maquillage toujours assez impressionnants dus au traumatisé Tom Savini (voir le reportage American Nightmare, en bonus sur le DVD de Jeepers creepers, vous comprendrez...) : hache en pleine tête, flèche crevant la gorge, etc... Tout cela en gros plan, sans coups de ciseaux de la censure, ce qui est assez incroyable. Parce qu’après, les Vendredi 13 sont célèbres aussi pour avoir souvent été charcutés avant leur sortie salle en ce qui concerne les effets gore. Revoir Vendredi 13 aujourd’hui possède son petit effet nostalgique, une époque où il fleurissait un film d’épouvante sérieux par mois, et où on découvrait de nouvelles formes de terreur bien plus souvent qu’aujourd’hui. Ce n’est pas un chef d’œuvre comme l’est Halloween, c’est juste un des pères du slasher à revoir sans oublier le documentaire réalisé 22 ans après.


Film : 6/10 DVD : 7/10



Bonus : bande-annonce ; documentaire (vostf) : retour à Crystal Lake ; commentaire audio (vo).

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire