SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Promets-moi




"Promets-moi"
de
Harlan Coben

Editeur :
Belfond
 

"Promets-moi"
de Harlan Coben



Présentation de l’éditeur

Six ans. Six ans déjà que Myron Bolitar, ex-champion de basket, ex-agent sportif, ex- détective de choc, n’a pas touché une arme à feu. Six ans qu’il s’est tenu loin des petites frappes et des gangsters de tout poil. Mais cette existence tranquille est sur le point de basculer...

Myron Bolitar a fait une promesse. Celle d’être là pour Aimée, la fille d’une amie. N’importe où, n’importe quand. Quelques jours plus tard, la jeune fille disparaît. Myron est la dernière personne à l’avoir vue... Fugue ? Enlèvement ?

Myron mène l’enquête, pour prouver son innocence, mais aussi parce qu’il a promis aux parents d’Aimée de retrouver leur fille. Et une promesse est une promesse...

Sueurs froides, frissons, un suspense diabolique par le maître de nos nuits blanches.

Avis de Marnie

C’est avec un petit pincement d’appréhension que j’ai commencé le dernier roman de Harlan Coben. En effet, je me méfie des auteurs qui produisent des best-sellers à la pelle, surtout dans le genre policier, suspense, où l’on s’aperçoit qu’ils formatent sans aucune imagination des histoires lues et relues (ainsi Mary Higgins Clark...) Quel plaisir alors d’avoir été totalement bluffée par ce récit !

Bonne idée : le retour du héros des premières années (sept romans)... Myron Bolitar, six ans après ses dernières aventures. Excellent, le même nombre d’années se sont écoulées au début du récit. Idée sympathique, il a vieilli en même temps que nous... Le talent de Coben se joue alors sur deux niveaux :

- si l’on ne connaît pas les premiers romans de l’auteur, on découvre après le chapitre d’introduction, un héros un peu indécis, presque balourd, une sorte de monsieur tout le monde, qui se considère lui-même comme un quadragénaire raté (athlète dont la carrière s’est terminée en pleine ascension). Il réside dans sa ville natale où il garde précieusement ses repères nostalgiques, et sort depuis deux mois avec une “veuve du 11 septembre”. Myron tâtonne aussi bien avec son nouvel amour qu’avec les deux enfants de la jeune femme. Homme sympathique à l’humour qu’il prête à ses racines juives, il cache sous ce visage avenant d’agent sportif, une personnalité complexe et bien plus sombre qu’il ne paraît.

- si l’on a déjà lu les aventures de Myron Bolitar, on sait très bien (ce que l’on découvre peu à peu dans les premiers chapitres) qu’il est le prototype du héros pur et dur, mais qui, au fur et à mesure de ses aventures, a perdu de son humanité, en tuant ou sauvant des personnes avec une liberté d’action de plus en plus restreinte, ne sachant plus vraiment qui sont les innocents et les coupables. C’est donc bien malgré lui, en surprenant une conversation entre deux adolescentes, qu’il va leur demander de faire appel à lui au moindre problème, tout en promettant lui-même de ne pas poser de questions...

De cette promesse... imprudente ? irréfléchie ? peut-être trop spontanée d’un homme qui cherche avant tout à aider les autres, vont surgir des évènements en chaîne. Le grand talent de Harlan Coben est de savoir créer une intrigue complexe, fouillée et haletante, aux multiples clés, mais très structurée. On ne décroche pas du récit. Rebondissements, atmosphère opressante ou soudain l’inhabituel se heurte à la vie calme et confortable d’une petite ville du New Jersey près de New York, où tout le monde connaît tout le monde, depuis l’enfance. Se confondent personnages du passé, et visages actuels à la maturité désillusionnée. Myron va ouvrir les yeux en découvrant son entourage transformé, alors que les mêmes lui reprochent de tous côtés de ne pas avoir évolué...

Dialogues intimes où l’humour flirte avec une vraie sensibilité, une pudeur et des émotions refoulées, entremêlés de bagarres, courses poursuites, interrogatoires musclés, orchestrés par un Myron analysant tout et tous, aidé aussi par son équipe de choc (que l’on retrouve avec un plaisir certain), Win, qui sous ses dehors de dandy cynique a tout du tueur professionnel, Esperanza, ex star de catch l’associée bi-sexuelle qui pouponne avec enthousiasme, Hester Crimstein, l’avocate brillante et sarcastique, ou encore la Grosse Cindy...

En visualisant cette catégorie de personnages très cinématographiques, j’ai noté une certaine ressemblance avec le monde déjanté d’une petite ville de banlieue de l’est des Etats-Unis soit l’univers de Janet Evanovich (Lulla et la Grosse Cindy sont clonées...), les personnages pittoresques prenant quelques fois le pas sur le rythme de l’intrigue... mais si cela peut exaspérer certains, j’ai été pour ma part totalement sous le charme ! S’ajoutent aussi ce que nous pourrions appeler les leçons de ce qu’il faut faire ou ne pas faire, comme si Harlan Coben cherchait avant tout à rendre réelles bagarres ou recherches de numéros de téléphones, afin de dynamiter les codes et clichés du genre. C’est passionnant, se lisant sur plusieurs niveaux, suspense, décalage, descriptions de caractères au vitriol en quelques lignes !

Il me semble que l’on pourrait reprocher la présence en arrière, arrière plan de la nouvelle amie de Myron et ses enfants, qui sont inexistants parce que trop normaux si on les compare avec toute la galerie de personnages qui traversent le livre. Il est vrai qu’on a l’impression qu’ils sont là, attendant patiemment que le héros, à la croisée des chemins, se décide à entrer enfin dans la vraie vie... Feront-ils partie des choix existentiels et fondamentaux de Myron ? Va t-il réussir à harmoniser ses besoins profonds de secourir les gens qui le méritent ou non, et mener une vie rangée ?

La conclusion du roman laisse présager une très possible suite aux aventures de Myron et de son équipe. Nous ne pouvons que le souhaiter... En attendant, Promets-moi tient toutes ses promesses !

Marnie

Biographie de l’auteur

Né en 1962, Harlan Coben vit dans le New Jersey avec sa femme et leurs quatre enfants. Diplômé en sciences politiques du Amherst College, il a rencontré un succès immédiat dès ses premiers romans, tant auprès de la critique que du public. Il est le premier auteur à avoir reçu le Edgar Award, le Shamus Award et le Anthony Award, les trois prix majeurs de la littérature à suspense aux Etats-Unis. Belfond a déjà publié cinq de ses romans, dont Ne le dis à personne... (2002) - qui a remporté le Prix des lectrices de Elle et dont l’adaptation cinématographique par Guillaume Canet est sortie le 1er novembre 2006 dans les salles.

Fiche Technique

Format : broché
Editeur : Belfond
Collection : Romans étrangers
Sortie : 1 mars 2007
Prix : 21 €






Retour au sommaire