SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Session 9 - Edition Zone 2


"Session 9 - Edition Zone 2 "
de Brad Anderson
 

Avec David Caruso, Peter Mullan ? Josh Lucas, Paul Guilfoyle.
Océan Films Distribution

Sélectionné à Gerardmer Fantastic’Arts il y a deux ans, « Session 9 » déboule aujourd’hui directement en DVD. On se demande bien pourquoi, car au vu de la filmo de son réalisateur, il s’agit là de son meilleur film (peut-être est-ce dû à la présence de David Caruso, Horatio Caine dans le très souvent ridicule « Les experts : Miami »). Le gars avait signé auparavant une petite comédie aigre-doux, « Next stop wonderland » qui obtint le Grand Prix au Festival de Deauville en son temps, et récemment, on l’a connu pour « Le machiniste », vrai faux film fantastique où Christian Bale avait perdu près de 30 kilos pour incarner son personnage. Justement, le film vaut surtout pour lui, mais ça, on le sait maintenant que Bale est un très, très grand acteur (remember dernièrement « Le prestige »). Et donc avec « Session 9 », Anderson surprend.
Une équipe de cinq hommes est chargée de désiamanter un asile d’aliénés abandonné qui va être rénové. Peu à peu, en allant de plus ne plus loin dans le bâtiment, le passé va oppresser chacun d’eux au point de leur faire perdre la raison. Et quand il sera trop tard pour s’échapper, la mort frappera impitoyablement et aveuglément.
Bon, d’accord, comme d’habitude chez Anderson, il ne faut pas se fier aux apparences, pourrait-on dire. Mais autant ce constat agaçait dans « Le machiniste », autant ici, ça marche. On est mal à l’aise rapidement, tant par le cadre du lieu (aller bosser dans un tel endroit, même désaffecté et abandonné, ce n’est jamais très rassurant), que par certains des personnages qui finissent par foutre la frousse à force de ne plus savoir où ils en sont. A ce jeu là, le regard halluciné de Peter Mulan (génial acteur irlandais, réalisateur d’un chef-d’œuvre, « Les sœurs Magdalène », vu en militaire pourri dans un autre chef-d’œuvre, « Les fils de l’homme ») fait fort. C’est simple, on a autant peur de lui que du lieu, et notre imagination part en vrille aux frontières de la folie, comme ceux du film. Inutile de dire qu’on a la frousse, et pas qu’un peu. Et si la fin calme un peu le jeu (mais mieux que dans « Le machiniste »), on reste quand même très nerveux. A cela il faut ajouter l’usage de la HD comme pellicule, forçant un grain pas très joli (on est loin de la beauté impressionnante de son usage dans « The Quiet ») mais qui renforce cette impression de malaise qu’on ressent tout au long du film. Bref, dans le genre, une petite réussite qui a pris son temps avant d’arriver à sortir, même si c’est directement en DVD. Par contre, de ce côté-là, en bonus, c’est peau de chagrin. Strict minimum même. Frustrant, car on aurait bien aimé avoir les impressions d’Anderson sur un tel tournage, et de ses acteurs aussi, pour une fois : sûr qu’ils auraient eu des choses à raconter.

Note film : 8/10 (copie excellente, format d’origine 2.35, image 16/9ème compatible 4/3)
Bonus DVD : 1/10 : bandes-annonces de l’éditeur - projets d’affiches.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire