SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Freaky Friday


"Freaky Friday" de Mark Waters

Image

Image

Image

Image

Image
 

Freaky Friday


Sortie le 24 décembre 2003


Réalisateur : Mark Waters


Avec :
Jamie Lee Curtis, Lindsay Lohan, Mark Harmon


A la base, un vieux film Disney des années 70, Un vendredi dingue, dingue, dingue, avec dans le rôle de l’adolescente qui du jour au lendemain se retrouve dans la peau de sa mère, la jeune débutante Jodie Foster. Plus de 25 ans plus tard, voici donc qu’arrive le remake. Et là où on pouvait s’attendre à quelque chose de plus incisif, de plus mordant, de plus réaliste, de plus " actuel ", Freaky Friday reste dans la mouvance de l’original, et de sa maison de production. A savoir qu’en 2003, les problèmes des adolescents en Californie semblent vraiment bien puérils !


A l’aube de son remariage, Tess Coleman (Jamie Lee Curtis, qui trouve ici un énorme succès commercial mais certainement pas le meilleur rôle de sa carrière) se voit suite à un sort jeté par une restauratrice chinoise adepte de magie noire catapulté dans le corps de sa fille, Anna. Et vice-versa : Anna, adolescente torturée par les tourments de l’amour, de savoir quelles affaires elle va mettre chaque jour et de la mauvaise communication qu’elle a avec sa mère et du rejet que lui inspire son futur beau-père, devient Tess. En une journée, mère et fille vont apprendre à se connaître comme jamais elles n’ont réussi en 15 ans, et deviendront, une fois les choses redevenues normales, les meilleures amies du monde.


Donc, Freaky Friday, sur un postulat de base intéressant (échange de personnalités pour mieux se découvrir) ne fait que délivrer une comédie fantastique adolescente des plus moralisatrices. Là où s’attendait à quelque chose de plus cynique tout en respectant l’ombre du studio (un peu comme cela s’est vu avec La morsure du lézard, assez noir pour un film pour enfants provenant de chez Disney), Freaky Friday tombe rapidement dans une niaiserie qu’on ne pensait plus voir aujourd’hui. Le succès surprise du film prouve par contre que beaucoup ne se sont peut-être pas reconnues dans ce film mais ont rêvées d’une telle histoire, au même titre que beaucoup idolâtrent les émissions de TV reality. Alors bien sûr, il y a quelques moments de revanche, comme quand Anna (dans le corps de Tess) fait s’habiller sa mère plus " in ", avec une coupe de cheveux adéquate, mais dans l’ensemble, rien ne tombe dans l’immoral, dans l’expérience de voir plus loin, comme une adolescente en pleine révolte le ferait uniquement pour emmerder sa maman


Non, on reste dans " les bonnes manières ", au point d’en devenir ridicule : toutes les scènes où Jamie Lee Curtis agit comme une gosse de 15 ans, tombent à plat par leur caricature. Seules les scènes avec le jeune frère d’Anna relèvent le piment de la comédie, vu qu’il représente parfaitement le sale petit frère qu’on rêve de claquer une fois avant de le reprendre dans ses bras pour un gros pardon ( !). Autrement, tout cela est politiquement correct, nuisant du coup à l’impact d’une comédie fantastique qui aurait pu être bien plus riche et percutante si elle avait été plus qu’un simple remake aussi moralisateur aujourd’hui qu’il y a 25 ans.


Note : 3/10.


Stéphane Thiellement




Retour au sommaire