SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Serpico - Edition Collector


"Serpico - Edition Collector"
de Sidney Lumet
 

Avec Al Pacino.
Studio Canal Vidéo

Retour dans les années 70, période personnellement que je n’aime guère, mais qui s’avère riche en cinéma policier. En effet, nombre de cinéastes d’aujourd’hui cherchent à retrouver cette ambiance, cette violence si spécifique à des polars urbains tels que « French Connection », « Un justicier dans la ville », « L’inspecteur Harry », etc... Et « Serpico ». Un cas celui-ci car inspiré par la véritable histoire de Frank Serpico, flic intègre de la police new-yorkaise, qui finit par révéler à la presse l’énorme corruption qui régnait au cœur de cette « mafia au service de la loi ». Il y eut même une série TV avec David Birney dans le rôle-titre, chaque épisode finissant par un très grand sentiment de solitude quant à l’existence menacée des deux côtés de ce flic courageux. C’est le cinéaste Sidney Lumet qui, comme on l’apprend dans les bonus, remplaça un réalisateur déjà en place mais incapable de filmer New-York comme un personnage, ce qu’est la ville dans cette histoire. Lumet, capable du pire (« Family business » avec sean Connery, Dustin Hoffmann & Matthew Broderick, le remake de « Gloria » avec cette pauvre Sharon Stone, ah oui, il en a fait de graves quand même !) comme du meilleur (« La colline des hommes perdus », « A bout de course », le superbe « Contre enquête » avec Nick Nolte en ripou plus qu’abject !), signe ici une de ses meilleures œuvres, modèle du polar urbain de cette époque, aidé par un Al Pacino parfait. Alors aujourd’hui, on pourra trouver que le film accuse un peu son âge mais sincèrement, une fois rentré dedans, on arrive à la fin en un temps record, signe de la qualité du film. Le long cheminement de l’apprentissage du jeune flic vers un destin de flic corrompu comme quasiment tous les autres, passe par le jeu de Pacino, mais aussi par l’art de Lumet de nous plonger dans un système qui peut broyer n’importe qui avant de trouver en un élément le grain de sable qui enrayera tout. L’homme contre une institution, un thème que Lumet manipule avec une rare maestria comme on peut le constater ici. Plus de trente ans après, ce Collector permet d’une art de revoir le film dans sa meilleure copie à ce jour (oubliez l’édition Paramount zone 1), et de découvrir des bonus très instructifs et intéressants. En premier, l’interview du vrai Serpico, au look toujours un peu hors-normes, dont un bout est repris dans un petit bonus, « Serpico et la police de NY ». Pourquoi l’avoir extrait, ça, c’est un mystère. Et si l’ex-flic confirme que le pardon n’est pas encore total partout à son égard, il critique ouvertement Lumet sur certaines libertés prises par rapport à la réalité. Ce dernier de son côté, certifiant que rien n’est inventé. Outre ses deux documentaires l’incluant, il y a aussi celui lié au romancier à l’origine de ce projet, connu aussi pour avoir écrit « The Valacchi papers » qui donna le film avec Bronson et Lino Ventura, « Cosa Nostra ». Là-encore, l’inédit du sujet en fait tout son intérêt. Et au final, on obtient certes pas le DVD Collector du mois, mais une bien belle édition pour un bien beau classique à qui il manque un petit je ne sais quoi pour être un chef-d’œuvre. Malgré ça, le genre de films qui fait un bien fou quand on le revoit. C’était l’Age d’Or du polar urbain.

Note film : 9/10
DVD : 8/10 : copie excellente, format d’origine 1.85, image 16/9ème compatible 4/3 - Bonus : documentaire sur Sidney Lumet - retour sur le tournage - entretien avec Frank Serpico - Serpico et la police de NY - documentaire sur le romancier Peter Maas.
St. THIELLEMENT



Retour au sommaire