SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  World Trade Center


"World Trade Center " de Oliver Stone

Mardi 11 septembre 2001 appartient à ces jours où les habitants du monde occidental dans leur grande majorité savaient où ils se trouvaient.

Dans la première demi-heure, New York City se réveille sous un ciel limpide. Tout est calme en ce matin ordinaire en ce début de l’automne. Les images sont très belles. Les lumières évoquent le bonheur du quotidien. Ce calme avant la tempête - le film commence quelques instants avant le crash fatal - est très émouvant, tout doux, vraiment serein. L’ordinaire semble ralenti. Cette réalisation souligne qu’avant l’événement tragique, tout va bien. Malheureusement, après, la ville américaine bascule en Enfer (odeurs épouvantables, bruits inimaginables, fumées suffocantes). Puis, une ombre gigantesque surgit. Une secousse violente bouscule la vie tranquille. L’incompréhension, la panique et, enfin, la terreur précédant une désorganisation sans nom et sans précédent se lisent sur les visages. Une vraie frayeur envahit le spectateur qui anticipe forcément : on connaît la fin. Alors que tout commence normalement (l’alerte du jour est verte), deux policiers du PAPD vivent mardi 11 septembre 2001 la pire journée de leur vie. Cette première demi-heure est magnifique : émouvante, parfaitement réalisée. Les évènements s’enchaînent comme une lettre à la poste. Le casting laisse présager un grand film historique. Malheureusement, Oliver Stone réalise un film outrageusement narratif et linéaire. Ce dernier point est du à la réalité du sujet. Nous sommes loin de la science-fiction. Cependant, même les flash-back n’atténuent pas le phénomène. Le film devient trop grandiloquent passé l’effondrement de la première tour. Par exemple, Will Jiméno voit le Christ à deux reprises alors qu’il se meurt. À l’écrit, le ridicule du passage ne ressort pas de manière évidente. Mais, à l’écran, j’ai trouvé que la réalisation et les dialogues rendaient la scène risible. L’insistance sur le cercle familial et la religion devient vite insupportable. C’est vrai, les valeurs américaines tournent autour du foyer et de la spiritualité beaucoup plus qu’ailleurs. Dans World Trade Center, il ne s’agit plus de la culture propre à une Nation. C’est de l’overdose. Oui, un attentat terroriste qu’il soit revendiqué par l’IRA ou Al-Quaïda est un acte barbare. Tous ces gens sont morts avec la trouille au ventre. Étant monté en haut de l’une des tours, j’affirme sans trop m’avancer que la situation a du être horrible au-delà de l’imaginable. Les réalisateurs américains, Oliver Stone en tête (JFK), savent parler de leur histoire contemporaine (la guerre de Corée dans Mash, celle du Vietnam dans Good Morning Vietnam). Sans aucun doute, la souffrance psychologique a du être réelle. Et montrer pour exorciser peut être une solution. Mais, il arrive un moment où utiliser l’expression anglo-saxonne « too much » devient la seule à pouvoir décrire fidèlement World Trade Center.

Fiche Technique

Genre : drame historique

Nationalité : Américain

Réalisation : Oliver Stone

Avec Nicolas Cage, Michael Pena et Maria Bello

Durée : 135 minutes

Année de production : 2005

Date de sortie : 20 Septembre 2006

Budget : 63 millions $

N° de visa : 115 673

Cécilia



Retour au sommaire