SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Quand Fabien Cousteau suit les traces de Tournesol


Article précédent :
Grenades-drones pour Tsahal

Quand Fabien Cousteau suit les traces de Tournesol

Article suivant :
Mécanique quantique : informez-vous


Comment filmer au plus près le grand requin blanc ? Pour Fabien Cousteau (petit-fils de Jacques-Yves Cousteau) la solution consiste à évoluer au milieu de ces grands prédateurs marins en se faisant passer pour l’un d’entre eux (1).
S’inspirant du sous-marin imaginé par le professeur Tournesol (2) il a élaboré un submersible permettant d’enmener un plongeur.
Celui-ci dirige le requin factice grace aux caméras dissimulées dans les yeux de "Troy" (3), nom du requin-robot construit par E.P. Industrie, une entreprise spécialisée dans les animatronics pour Hollywood.
D’une longueur de 4 mètres 27 et d’un poids de 450 kg Troy possède une structure en acier inoxydable recouverte de "skyn flex" une matière souple imitant la peau de ses congénères à arêtes (la peau du requin-factice ne résisterait pas à une attaque de ses modèles, mais la structure devrait théoriquement y résister). Sa propulsion est assurée par les battements de queue obtenus grace à une réserve d’air comprimé, ce qui lui permet d’atteindre une vitesse de 5 noeuds. Le recyclage de l’air du plongeur assure une autonomie de 6 heures.
Rappelons que son illustre grand-père avait déjà essayé cette méthode pour approcher (en vain) les hippopotames, ceux-ci ne s’y étaient pas laissé prendre.
Aux dernières nouvelles les premiers requins rencontrés sous les eaux sont perplexes puisqu’ils sont capables de détecter l’énergie des batteries électriques et les battements de coeur du pilote.

Damien Dhondt

(1) pour le film "Mind of a Demon"
(2) cf. "Tintin et le trésor de Rackhman Le Rouge" & "Tintin et le lac aux requins" d’Hergé
(3) initialement baptisé "Sushi", mais ce nom aurait pu attirer la convoitise de ses collègues pleins de mordant.




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com