SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Nos voisins, les hommes


"Nos voisins, les hommes" de Tim Johnson et Karey Kirkpatrick


Synopsis

Quelques animaux attachants en visite dans un monde inconnu : la banlieue américaine.

Avis de Valérie

C’est la très bonne surprise de l’été. Souvent, on nous sert une excellente qualité graphique pour les nouveaux films d’animation, mais le scénario se révèle être très pauvre, les producteurs ne pouvant trancher entre un comique très bon enfant où quelques pics sont destinés à l’usage unique des adultes et une aseptisation du récit qui nous fait regretter de nous être déplacés.

Ici, on nous offre le kit complet : une histoire sympathique, des graphiques brillants, des personnages très attachants et un comique fourni.

Si le scénario est classique (un mauvais garçon se prend d’affection pour les naïfs qu’il veut rouler) il est ici bien traité, sans trop de bons sentiments mais souvent avec une justesse de réflexion. L’accent a été mis sur chaque personnage les dotant d’une apparence stylisée (on dirait des peluches) mais magnifiquement animés et designés. On leur a également donné un caractère unique les humanisant au possible ce qui fait qu’on ne peut pas lutter contre le charme qu’il dispense tout au long du film.

Par contre les humains (à l’exception de l’exterminateur) sont caricaturés. On est surpris, mais cela participe à la mise en exergue des bébêtes !

Le coup de maître est l’humour distillé harmonieusement sur la durée. Il est accessible à tous sans laisser les adultes sur le banc de touche ou les enfants trop à l’arrière. On rit, de bon coeur, aux nombreux gags des fourrageurs. Un acteur (euh... personnage) vole la vedette aux autres, il s’agit de l’écureuil. Ce petit bout, hyper-speedé et ultra-rapide est attachant. Il est drôle, vif et sauve la journée.

Les vertus de la famille sont effectivement mises en avant, mais dans un but d’entraide plutôt que la valorisation de l’amour aveugle. Cela fait espérer un renouvellement de l’intérêt du genre et emporte tous nos suffrages.

Bravo pour une belle réussite.

Valérie Revelut

Fiche Technique

Genre : comédie

Date de sortie : 05 Juillet 2006

Avec les voix de Bruce Willis, Garry Shandling et Gene Wilder (VO) / Laurent Gerra, Clovis Cornillac et Jenifer (VF)

Durée : 85 minutes

Année de production : 2005

Titre original : Over the Hedge



Retour au sommaire