SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Mort Blanche




"Mort Blanche "
de
Clive Cussler et Paul Kemprecos

Editeur :
Grasset
 

"Mort Blanche "
de Clive Cussler et Paul Kemprecos



Clive Cussler, « le vrai Kurt Austin » fait débuter l’intrigue du présent roman en 1515, lorsque le voilier de Diego Aquirrez, un basque qui fuit l’inquisition, est rattrapé par trois galères. Après un combat épique, il réussit à prendre le large. Dieu, ce jour là, n’était pas avec l’inquisition !
Transporté en 1935, (c’est le cas de le dire) le lecteur se retrouve dans un dirigeable allemand qui tente la liaison avec l’Amérique du Nord par le Pôle. Soudain, sur la banquise, un navire est repéré. Le commandant décide de se poser...
Et nous revoilà au XXIè siècle, aux îles Féroé. Marcus Ryan le président de la SDM, (Sentinelles De la Mer) qui est entouré du ban et de l’arrière ban télévisuel, s’apprête à contrecarrer la cérémonie du Grindarap, une coutume cruelle et barbare des autochtones qui consiste à pousser les épaulards sur la côte et à les dépecer immédiatement. Un croiseur danois tente une conciliation entre les féringiens et les défenseurs des animaux. Alors que la négociation va aboutir et que le Sea Sentinel, le navire de la SDM, s’oriente pour s’éloigner, ce dernier n’obéit plus à Ryan et fonce, à vitesse grandissante, sur le croiseur. C’est l’éperonnage et le naufrage des deux bateaux. Douze matelots danois et leur capitaine restent bloqués.
À douze cents miles au sud est des Féroé, Kurt Austin et Joe Zavala testent le Sea Lamprey, en récupérant au fond d’une épave, une caisse de... la meilleure des vodkas produites en Russie. Cet engin nouveau aurait permis le sauvetage des sous-mariniers du Kursk.
Des miracles de rapidité et de coordination amènent Kurt et Joe sur les lieux du naufrage, où malgré bien des risques, ils réussissent à remonter tous les hommes.
Héros quasi national, Kurt doit aller témoigner de ce qu’il a vu au fond pendant le sauvetage. À la sortie du tribunal, il est accosté par Terri Weld, la conseillère juridique de la SDM. Séduit par cette jolie femme, il accepte de redescendre examiner les épaves. Il découvre alors un curieux mécanisme sur le gouvernail du Sea Sentinel. Sur le port, il rencontre le professeur Jorgensen, qui lui fait part de ses observations sur la disparition du poisson dans les parages d’une entreprise de pisciculture locale. Intrigué par les dires de Jorgensen et obligé de rester à la disposition de la justice pour ses découvertes, Kurt décide d’aller sur place. Or, celle-ci est bien défendue. Il doit défendre chèrement sa vie face à des hommes armés et face à un monstre laiteux.
Quels secrets sont si jalousement gardés ?

Les romans de Clive Cussler sont tous construits selon le même schéma et ont, pour unique sujet, le monde maritime. Vous me direz, cependant avec raison, qu’un tel sujet est si vaste qu’il est inépuisable en matière de source d’inspiration. Entre les peurs ancestrales générées par l’immensité de ce monde, les légendes qu’il fait naître et les découvertes scientifiques quotidiennes, il y a matière à traiter des millions de sujets. Et puis, ce « diable d’auteur » sait si bien choisir ses thèmes, monter son intrigue, croiser passé et présent, mettre ce qu’il faut d’action, d’humour, d’amour et d’aventures, que son récit emporte l’adhésion. À chaque fois c’est le même engouement, le même intérêt pour les péripéties vécues par ses héros.

Avec Mort Blanche, Clive Cussler ouvre le dossier de la pisciculture, aborde le problème des poissons transgéniques, le sentiment indépendantiste basque (vu des USA) avec Roland de Roncevaux...
Il est certain que la demande en produits de la mer est telle, aujourd’hui, que la tentation de produire plus, plus vite est facilement compréhensible, voire nécessaire. Actuellement, par exemple, la consommation en saumon d’élevage dépasse de beaucoup le tonnage provenant de la pêche. L’auteur pose le problème de la pêche telle que nous la connaissons. Il évoque, par le canal de ses héros, les aspects économiques de cette nouvelle donne et des mutations qu’elle peut entraîner. Il fait également le point sur les recherches transgéniques, les réalisations, les échecs, les dangers de modification d’un environnement fragile induit par l’introduction de ces nouveaux poissons.

On relève aussi, de ci delà, quelques contradictions ou interrogations techniques. Sont-elles dues à un auteur pressé, un traducteur qui l’est également ?
Mais, ces défauts mineurs ne gâchent pas le plaisir de la lecture. Mort Blanche est un livre passionnant au niveau de l’aventure avec un héros fort sympathique et au niveau des informations sur l’univers maritime qui reste quand même, pour un terrien comme moi, un brin mystérieux et fantastique.

Serge Perraud

Mort Blanche, Clive Cussler et Paul Kemprecos, Grasset coll. Thriller, mai 2006, 384 pages, 20,90 €






Retour au sommaire