SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  SCARY MOVIE 4


"SCARY MOVIE 4" de David Zucker

 

Avec : Anna Faris, Regina Hall, Charlie Sheen, Craig Bierko, Bill Pullman.
Distribué par Buena Vista International.
83 mn.
Sortie le 21 Juin 2006.

Note : 2/10.

Quand le réalisateur des mythiques « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? » & « Top secret » rencontre le script d’un quatrième opus de « Scary movie », ça donne quoi ? Ben pas grand-chose...

Depuis maintenant 6 ans, la saga (si on peut appeler ça ainsi !) « Scary movie » se fait un plaisir de parodier les plus grands succès du cinéma, avec une préférence pour le Fantastique, pour livrer au final une synthèse revue, corrigée et déviée vers le non-sensique et l’humour graveleux des moments les plus marquants de chaque film sélectionné. Alors, si le premier fit illusion le temps d’une vision, force fut de reconnaitre que par la suite, le peu de qualités présentes disparurent peu à peu, avec un summum atteint ici. Voir à ce niveau l’humour simplement restreint à reprendre ces fameuses scènes-clefs pour les finaliser par u gag « tarte à la crème en pleine tronche » n’arrive même plus à faire rire. On connait le film cité, on se remémore le moment sélectionné qui apparait à l’écran dans un semblant d’histoire liant le tout dont on se fout éperdument, pour finir sur une chute simplement ratée les trois quarts du temps. Tout cela mixé donc dans une intrigue liée à une maison hantée (« The grudge ») au moment d’une invasion extra-terrestre (« La guerre des mondes ») et où le salut de l’humanité repose sur le survivant de la dite-maison hantée exilé dans une étrange communauté (« Le village »). Au milieu de ce désastre d’humour triste et de gags digne de pires moments de « Vidéo-gag », deux vraies parodies surnagent. Parce qu’au passage, tout ce qu’on a vu avant n’a plus grand-chose à voir justement avec la parodie, qui est en soi un exercice des plus périlleux comme le prouve les rares réussites qu’on puisse trouver : « Y a-t-il un flic pour sauver le président », « Top secret » justement, « Austin Powers » et, cocorico pour une fois, l’excellent « OSS 117 Le Caire nid d’espions » avec un Dujardin extraordinaire. Donc, les points forts de ce navrant « Scary movie 4 » sont le passage lié à « Million dollar baby » où là, on tombe vraiment dans la parodie puisque toute une scène est pensée pour être déviée vers l’humour et pas seulement copiée avec une chute drôle (faut bien faire la différence !) et surtout la fin du film où est parodié la prestation pathétique de Tom Cruise à l’émission d’Oprah Winfrey où il se rendit plus que ridicule en jouant les amoureux transis.

Autrement, franchement, on peut circuler, il n’y a pas grand-chose à voir, on a vu largement mieux et on n’est pas pressé de voir « Scary movie 5 » qui obligatoirement devrait voir le jour dans un an ou deux. Sauf si le projet tombe entre des mains expertes.

St. THIELLEMENT

Avis de Valérie

On peut être amatrice de spoof-movie et rester lucide ! La franchise a beaucoup perdu avec la reprise des aventures de Cindy, Brenda, Tom et les autres par le pape du film absurde : David Zucker. Les frères Wayans donnaient une couleur unique au genre (sans mauvais jeu de mot). Le numéro 3 très (trop) pipi-caca avait ses bons moments mais laissait une impression de vide. Ce dernier opus,un peu plus "propre" jongle avec de réelles trouvailles comiques et d’autres instants moins bien trouvés. Entre, si la parodie des films est peut-être mieux réalisée, on s’ennuie un peu. Sachez que plus vous connaîtrez la culture américaine et mieux vous apprécierez les nombreux clins d’oeil dont est parsemé ce type de films.

On remarque parmi les guest-stars Shaquille O’Neal et Dr Phil, Cloris Leachman, Bill Pullman et Michael Madsen.

Au final, si on ne va pas voir ce genre de films pour le scénario, on attend d’être au moins surpris par les gags toutes les minutes, même s’ils sont mauvais.

Valérie Revelut



Retour au sommaire