SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Zombie Honeymoon


"Zombie Honeymoon "
de David Gebroe

Avec Tracy Coogan, Graham Sibley, Neal Jones.
Neo publishing Vidéo - Inédit

Il y a un nom qui fait peur au générique de « Zombie honeymoon », c’est celui d’un des producteurs, Larry Fessenden, auteur de nanars auteurisants des plus insupportables comme « Frankenstein complex » (sur les expériences animales, un des pires souvenirs d’un des derniers festivals d’Avoriaz !) ou encore plus récemment le prétentieux et monumentalement chiant (excusez-moi l’expression, mais je n’en trouve pas d’autre !) « Wendigo ». Fort heureusement, « Zombie honeymoon » est d’abord et avant tout le film de David Gebroe qui nous livre ici quelque chose de largement plus fun, sans pour autant être un chef-d’œuvre : « Zombie honeymoon » est une série Z qui a le mérite de ne pas se prendre au sérieux, d’aller un peu plus loin que son simple résumé le laisserait croire, et d’être finalement assez sympathique. Mais faut quand même aimer les séries Z.
Un couple, Denise et Danny (c’est vrai que ça ne commence pas très bien...) part en voyage de noces au bord de l’océan. Alors qu’ils se font des mamours sur la plage, un zombie sort de l’eau (encore une fois, c’est du Z donc...) et lâche un gros magma visqueux et noir dans la bouche de Danny qui meurt peu après à l’hôpital. Avant de se réveiller, de péter la forme, et d’avoir une insatiable faim de barbaque. Comprenant l’horreur de la situation, Denise ne peut se résoudre à admettre que son ùmari est devenu à son tour un zombie, l’amour qu’elle lui porte étant le plus fort.
Et c’est cette touche de romantisme qui évite à « Zombie honeymoon » de sombrer corps et âme dans les tréfonds de la nullité. Un petit côté « La mouche » (toutes proportions de qualité gardées, hein !) relance l’intérêt d’un film qui se révèle autrement assez fauché, tourné en HDV d’où l’excellence de l’image du DVD. Mais tout cela est sincère, réalisé avec passion comme le confirmera David Gebroe dans son commentaire audio, une exclusivité française qu’il faut souligner, ce qui n’a rien d’étonnant au vu d’un éditeur dont on guette avec avidité chaque nouveau titre (on lui doit les Fulci, « Psychose phase 3 », les récents polars italiens dont on reparlera bientôt, la vague Giallo avec bientôt, Mamma mia, « Bloody bird », etc...), j’ai nommé Néo Publishing, qui mériterait vraiment une Palme d’Or pour le plaisir qu’il procure à tout fan du genre avec leurs titres. Entre ça et les documentaires complétant les bonus, force est d’avouer qu’on finit par apprécier David ! Bref, si ce DVD mérite une bonne place dans toute vidéothèque section Horreur, c’est par un film qui relève le niveau de la série Z, et par un ensemble de bonus qui sont loin d’être purement conventionnels et commerciaux mais bel et bien l’œuvre d’un pur fan du genre.

Note film : 3/10
DVD : 7/10 (copie excellente, format d’origine 1.85 image 16/9ème compatible 4/3) - Bonus : commentaire audio du réalisateur, 2 making-of, scènes coupées, bêtisier, essais des deux acteurs principaux, bande-annonce, projets d’affiche.

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire