SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  REEKER


"REEKER" de Dave Payne

 

Réal. & scénariste : Dave Payne
Avec : Devon Gummersall, Tina Illman, Michael Ironside, Scott Whyte, Arielle Kebbel.
Distribué par Bac Films.
100 mn.
Sortie le 31 Mai 2006.

Note : 8/10.

Décidément, la série B fantastique et horrifique se voit bien servie sur les grands écrans ces derniers temps. Bon, pas pour des chefs-d’œuvre qu’on attend toujours (il y avait bien « Fragile » mais il passa directement par la case du petit écran et de la vidéo, et pourtant, c’est du haut de gamme...) mais pour de la série B dans toute sa splendeur. On eut droit à « Mortuary » de Tobe Hooper, bientôt il va y avoir le Grand Prix de Gerardmer 2006, « Isolation », le très gore et excellent (parait-il) « The devils rejects » de Rob Zombie, et deux ou trois autres dont cet étonnant « Reeker ».
Cinq amis partent pour une grande fête en plein désert américain. Tombant en panne, ils s’arrêtent dans une station-service. D’étranges détails commencent à se produire, le lieu est déserté, et certains sont témoins de visions horribles. Aussi soudainement que le reste, un psychopathe les attaque, en même temps que règne une odeur pestilentielle. La vérité finira par éclater au lever du jour, révélant un cauchemar comme aucun n’en a jamais connu.
Elève de l’école Corman, Dave Payne est un fan pur et dur du genre et ça se voit. Son « Reeker » est un melting-pot réussi d’éléments fantastiques et terrifiants ayant entretenus la longue histoire de ce genre de cinéma. On ne sait jamais où on va finir, cela commence comme un simple psycho-killer, avant de flirter avec la « Quatrième dimension » avant de recouper un autre classique, etc... On pourra faire la fine bouche devant un tel catalogue étalant une culture des plus riches, mais il serait plus logique de ne pas bouder le plaisir de découvrir un film manquant peut-être de maitrise par moments, partant un peu n’importe où, mais où l’humour se révèle plus étudié que la normale, émaillé de séquences horrifiques assez gratinées, et où surtout, la surprise et la terreur surgissent de façon très incongrue. Seul gros bémol, une fin qui en rappelle trop d’autres, qui passe mieux à la seconde vision, par contre. Bref, un petit voyage au pays de la peur quelque part inédit, ce qui en fait son principal intérêt.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire