SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  La Malédiction de la mouche (The curse of the fly)
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"La Malédiction de la mouche (The curse of the fly)"
de Don Sharp

Avec Brian Donlevy, George Baker, Carole Gray
FPE Vidéo

Toujours dans la même veine que « Course contre l’enfer », voici un autre inédit ne datant pas d’hier, dernier volet inspiré par « La mouche noire » et sa suite, ces « classiques » du Fantastique qu’on revoit aujourd’hui avec une nostalgie en lieu et place d’une véritable adoration. Tous ces « classiques » ne sont pas à ranger dans le même tiroir, certains méritant encore aujourd’hui le titre de chef-d’œuvre (comme « Freaks », « Le jour où la Terre s’arrêta », etc...). Ce qui ne sera jamais le cas de cette « Malédiction de la Mouche » qui reprend le thème du savant fou menant ses expériences sur les humains et les multiples facettes des pouvoirs de certains animaux, voir insectes (oui, parce que par moments, hein, quand on voit, rarement en plus, certains cobayes, difficile de savoir de quoi il résulte !!!). Nouvellement installée dans la grande demeure familiale en tant que belle-fille du professeur Delambre (le savant fou en question donc), Pat va ainsi découvrir une effroyable réalité qui menace de lui faire perdre complètement la raison. Mais l’amour de son mari la sauvera.
De loin comme ça, on reconnait un peu certains traits des films précédents, voire même du remake de Cronenberg au travers de l’amour plus fort que la monstruosité. Bon. Excepté cela, on parle beaucoup dans « La malédiction de la mouche », on voit peu de choses et quand on en voit, ça fait peur dans le mauvais sens du terme tellement tout cela frôle la série Z. Si le film échappe au désastre total, c’est par certaines séquences où on retrouve la patte de Don Sharp, des séquences véritablement inquiétantes comme celle où Pat découvre qui joue au piano. En même temps, on frissonne d’avance, c’est le schéma normal, et par la suite, la monstruosité se révèle plus émouvante et sensible qu’il n’y parait. Mais autrement, par son inspiration limitée, par son manque de moyens et d’ambitions, « La malédiction de la Mouche » est un petit film très mineur qui ne se laisse regarder que très distraitement.

Note : 2/10
DVD : 1/10 : copie excellente, format d’origine 2.35, image 16/9ème compatible 4/3 - Bonus : nada.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire