SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Da Vinci Code


"Da Vinci Code" de Ron Howard

Synopsis

Un conférencier spécialisé sur la nature des symboles notamment religieux est happé par une affaire criminelle qui le dépasse et qui s’avère être la quête séculaire du Graal.

Avis de Valérie

Par tous les côtés où l’on attaque le scénario de cette projection (historique, polar, mystique) on reste sur notre faim car aucune des possibilités ne convainc. C’est un polar longuet et ennuyeux où le mysticisme sonne faux et donc n’envoûte pas et qui est, du point de vue historique, très moyen. L’auteur du roman, Dan Brown, remet de nombreuses choses en question souvent faussement pour épouser une théorie qui est moins dangereuse (et donc ne méritant pas les foudres de l’Opus Dei) que celle du pourtant très mauvais The Body avec Antonio Banderas.

Personne ne remet en cause la qualité de Ron Howard à être un vrai et bon film maker (en anglais dans le texte car cela exprime mieux encore l’idée d’artisanat, d’amour du métier). Par contre sa direction d’acteurs laisse à désirer. Tom Hanks pourtant rajeuni, est ici sans véritable squelette, on jurerait que du sang de navet coule dans ses veines. Confronté à des événements qui feraient trembler dans leurs braies la tribu de Alexandre Astier (Kaamelott), le spécialiste des symboles oppose une certaine candeur béate et ne réagit à pratiquement aucun stimuli de peur excepté lorsqu’il prend l’ascenceur ! Par contre, Paul Bettany arriverait presque à relever la densité de la pellicule tant son rôle de moine hanté est époustoufflant. C’est sûrement l’un de ses meilleurs rôles et on lui souhaite autant de succès qu’il a de cicatrices sur le corps ! Ian McKellen est brillant de charme et de pétillance, et lorsqu’on le rencontre la première fois dans le film, il laisse passer un "You shall pass" qui le renvoie à son rôle de Gandalf, avec sûrement un petit clin d’oeil sympathique.

Du côté français, on a une prestation moyenne, peut-être honorable, mais dont le seul éclat viendra de Etienne Chicot qui joue rapidement un policier, même si le charme et la beauté de Audrey Tautou correspond à son rôle mystérieux et que Jean Reno reste fidèle à son registre. Par contre on déplore le prénom que lui a donné l’écrivain : Bézu, qui rappelons-le, était celui d’un comique qui chantait à tue tête : "A la queue leu leu...", facheux, non ?

Ron Howard ne s’est pas approprié l’oeuvre de Dan Brown et nous a donc offert un film linéaire, ennuyeux, qui arrive à surprendre le spectateur, dans le mauvais sens du terme. Pourtant tout ou presque était à sa portée pour réussir. Donc à moins que l’Opus Dei ai saboté le scénario, on imagine que la pression de l’auteur sur le metteur en scène a suffit à rendre ce dernier prisonnier de la trame écrite et qu’il n’a pu faire ce qu’il aurait voulu, faire son propre travail créatif. Il se rattrape sur les images et les plans doubles où il mélange deux époques d’une manière à la fois très visibles et très belles.

A voir peut-être pour la prestation de certains, mais comme le film n’apporte rien par rapport au livre... Suivez le guide !

Fiche Technique

Genre : Thriller

Avec Tom Hanks, Audrey Tautou, Jean Reno, Ian McKellen, Paul Bettany, Alfred Molina, Jean-Pierre Marielle...

Durée : 152 minutes

Budget : 125 millions de $



Retour au sommaire