SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Stephen Hawking célèbre la convergence de l’immense et du minuscule

Article précédent :
Une nouvelle micro-nation

Stephen Hawking célèbre la convergence de l’immense et du minuscule

Article suivant :
Le laboratoire spatial européen prêt à rejoindre la station internationale


PARIS - Quatre physiciens de réputation internationale, dont le Britannique Stephen Hawking, ont célébré vendredi à Paris la convergence de l’astrophysique, la science de l’immensément grand, et de la physique des particules, la science de l’infiniment petit : l’astroparticule.

Stephen Hawking, ainsi que le prix Nobel de physique américain James Cronin, l’astrophysicien français Jacques Paul (Commissariat à l’énergie atomique) et Gabriele Veneziano, professeur au Collège de France, étaient les invités d’honneur des cérémonies d’inauguration scientifique du laboratoire Astroparticule et Cosmologie (APC) de l’Université Paris VII Denis Diderot.
Ce laboratoire, installé dans des bâtiments flambant neufs dans le nouveau quartier de Tolbiac, cherchera à comprendre l’Univers à partir de l’étude des particules élémentaires, et inversement. Ce qui implique de faire travailler des scientifiques à la culture et aux méthodes très différentes.

Pour son directeur Pierre Binetruy, c’est la première fois en France qu’une unité mixte de recherche (Université, CEA, CNRS et Observatoire de Paris) se structure totalement autour du concept d’astroparticules.

Une illustration de cette démarche est l’observatoire Pierre Auger, en construction en Argentine, qui détecte les particules à très haute énergie venues du cosmos. Particules encore plus énergétiques que celles produites par les physiciens dans leurs accélérateurs, comme celui du centre européen CERN.

"Avec l’astroparticule, on considère l’Univers comme un laboratoire, offrant des possibilités supérieures à celles offertes par l’ingéniosité humaine. Les rayons cosmiques sont ainsi chargés d’une énergie infiniment plus grande que le CERN n’arrivera jamais à produire", a commenté pour l’AFP le Pr Paul.

"Auger était un projet pas standard, un peu loufoque, ce qui explique qu’il a fallu du temps pour le faire approuver", a souligné le Pr Cronin, qui est considéré comme le "père" de cette collaboration internationale.

"J’ai obtenu le prix Nobel, mais je peux vous assurer que ce je fais maintenant avec Auger est encore plus excitant", a-t-il affirmé.

Le Pr Hawking, qui occupe la chaire de Newton à Cambridge, a répondu à deux questions de la presse depuis son fauteuil d’infirme. Le scientifique, qui souffre de la maladie de Charcot, doit composer ses réponses par des clignements d’yeux qu’un ordinateur traduit d’une voix robotique.

M. Hawking était également venu à Paris faire la promotion de son dernier ouvrage, "Et Dieu créa les nombres", une compilation savante de textes fondateurs des mathématiques, destinée aux universitaires et étudiants.

"C’est l’équivalent pour les mathématiques de +Sur les épaules des géants+, sorti fin 2003, qui était une compilation de grands textes de physiciens, réunis et commentés par Stephen", souligne Martine Lemonnier, directrice éditoriale pour les sciences chez Dunod. Bien qu’onéreux, cet ouvrage s’est vendu à plus de 6.000 exemplaires, "ce qui est un bon score pour un ouvrage de ce type, qui de surcroît peut continuer à se vendre pendant 50 ans".

Les quatre physiciens donnent samedi une conférence à la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand), voisine de la nouvelle université.




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com