SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Maléfique




"Maléfique"
de
Vicky Allan

Editeur :
Presses de la Cité (4 octobre 2001) - Romans
 

"Maléfique"
de Vicky Allan



++


On admet volontiers que la science utilise les capacités extraordinaires de certains animaux. La science-fiction comme le fantastique se prêtent volontiers au jeu en donnant à la bête des pouvoirs mystérieux et merveilleux. Vicky Allan, pour son premier roman, nous invite à mieux connaître le monde des chats, de cet animal qu’on dit avoir neuf vies, être arrogant et posséder un libre-arbitre.


Lui, Joshua, beau ténébreux, aime sa chienne Zara et semble détester les félidés ; elle, Milla, analyste pour matous, vénère sa boule de poils roux Tibbs et non les chiens. Leur destin se croise et voilà que débute une liaison. Mais à la mort étrange de Tibbs surgit Purrl, une chatte albinos maigrichonne qui empoisonne très vite les relations du couple puis du quartier.


V. Allen construit son récit autour de l’animal comme symbole ou agent de mort. Mort de Tibbs tout d’abord, mort de Joshua, mort de Peggy Chrismas, mort souhaitée de Gabriel, l’amoureux transi et copain de toujours. Mais surtout mort de soi-même. Dans sa relation fusionnelle avec Purrl, Milla va jusqu’à diluer sa propre identité pour s’approprier celle du chat. La symbiose avec Purrl aboutit inexorablement à un drame interne : le conflit entre deux natures antagonistes, l’une bestiale avec ses pulsions nécrophiliques, l’autre humaine avec ses émotions et ses doutes. Malgré ce que le titre laisse entendre, ce roman n’a rien de terrifiant et l’on sourira du choix de la couverture. Vraiment pas de quoi fouetter un chat !


Maléfique, Vicky Allan, Presses de la Cité, 314 p., traduction de J. C. Provost.


A. Marcinkowski







Retour au sommaire