SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Mortuary


"Mortuary " de Tobe Hooper

 

Avec : Dan Byrd, Denise Crosby, Stephanie Patton.
Distribué par La Fabrique de Films.
90 mn.
Sortie le 3 Mai 2006.

Note : 6/10.

Comme il le dit dans son interview, « difficile d’y échapper quand la renommée est si grande ! ». C’est simple, Tobe Hooper sera toujours le créateur de « Massacre à la tronçonneuse ». Même si entre temps, on lui doit d’autres réussites telles que « Le crocodile de la mort » (dont il préfère ce titre français au titre original, c’est lui qui l’a dit lors de notre rencontre !), « Massacres dans le train fantôme », « Poltergeist » pour ne citer que les meilleures, suivies après par « Lifeforce », « The mangler », et enfin toute une série de nanars comme « Night terror » avec Robert Englund en Marquis de Sade, « Crocodile » et son gigantesque saurien en plastique rigide, etc..., son titre de gloire restera « Massacre à la tronçonneuse », souvent copié, jamais égalé sauf de très près par son excellent remake. Et cela faisait longtemps qu’un de ses films n’avait pas eu les honneurs d’une sortie salles. Jusqu’à aujourd’hui donc, avec ce « Mortuary » qui tout en étant ce qu’a fait Hooper de mieux depuis longtemps, ne constitue pas on plus un des fleurons de sa filmographie.
Une famille s’installe dans une maison qui tient lieu aussi de morgue. C’est là que va officier la mère, venu avec ses deux enfants, pour oublier le décès de son mari. Cette arrivée va coïncider avec le réveil de forces obscures qui vont s’abattre sur tout être vivant flânant trop près de la morgue.
Le défaut majeur du film ? Une approche sérieuse du sujet au travers des rapports des enfants avec la mort qui cède le pas à la parodie de genre avec la zombification des victimes. On se croirait alors dans « Le retour des morts vivants 2 » (très important le chiffre !), ce qui n’est pas vraiment une excellente référence. Cependant, pour sa première partie parsemée de séquences oniriques comme la gamine dansant au milieu des tombes en laissant un cadeau sur chaque pierre tombale, pour ces quelques passages où on retrouve le Tobe Hooper d’il y a quelques années, « Mortuary » constitue d’agréables retrouvailles. Mais pour être réellement surpris par le cinéaste, il faudra attendre son segment des « Masters of Horror » qui lui, signe vraiment le renouveau d’un des plus grands noms du 7ème Art dans le domaine de l’horreur.

St. THIELLEMENT

Voir l’interview de Tobe Hooper en cliquant



Retour au sommaire