SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  The Descent


"The Descent"
de Neil Marshall

Avec Shauna McDonald, Natalie Mendoza, Saskia Mulder
Paramount Vidéo

Un des meilleurs films d’horreur de l’an passé et du cinéma britannique. Un choc comme on en voit peu, bien qu’en ce moment, la tendance serait plutôt dans cette veine-là : le remake de « Massacre à la tronçonneuse », de « La colline a des yeux », « Saw », en attendant « See no evil », la préquelle à « Massacre à la tronçonneuse », « Wolf creek », etc... Vous avez raté « The descent » lors de sa sortie, alors rattrapez une énorme erreur mais vous êtes prévenus : le voyage sera une expérience traumatisante comme on en a pas eue depuis longtemps.
Six femmes spéléologues entament une exploration au cœur du massif des Appalaches, dans des grottes réputées. Soudain, un éboulement surgit les forçant à trouver une nouvelle voie pour sortir. Mais au fur et à mesure de leur avancée, elles réalisent qu’elles ne sont plus seules. Et quand l’attaque surgit, c’est une lutte à mort qui s’engage, sans pitié, dépassant en horreur tout ce qu’elles avaient pu imaginer...
De Neil Marshall, on ne connaissait que le pas terrible « Dog soldiers » qui fut cependant un énorme carton en Angleterre. Ce qui lui permit de mettre la barre plus haut pour son second film avec ce voyage au fin fond des enfers pour ces femmes exploratrices. Déjà, premier bon point, aucun mâle dans l’histoire, pas de héros ex-vétéran des marines. Ensuite, aucun répit à partir de la première attaque, aucune concession, juste la mise en marche d’un massacre pour satisfaire l’appétit de chasseurs monstrueux. Et à partir de là, la lutte pour la survie s’engage, implacable, sans cadeaux les unes pour les autres, l’humanité disparaissant peu à peu, l’instinct primal ressurgissant du plus profond de chacune. Et jusqu’au bout, Marshall maintiendra une tension qui ne pourra jamais trouver d’espoir. On en sort lessivé, terrorisé, tétanisé par tant de hargne, de rage, d’horreur, de sang et de mort. On était alors en droit d’attendre dans les bonus une édition aussi bien fournie que celle de nos voisins d’outre-Manche ; il n’en est rien, histoire de droits oblige certainement, et on devra se contenter d’un making-of des plus banals pour ce qui constitue certainement une des expériences les plus traumatisantes vues dans le cinéma d’horreur, et certainement le premier chef-d’œuvre non voulu d’un cinéaste qui a redonné ses lettres de noblesse à l’horreur british, en sommeil depuis « Hellraiser » !

Note : 10/10 DVD : 3/10 : copie excellente, format d’origine 2 image 16/9ème ; bonus : making-of (30 mn), bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire