SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Sliver


"Sliver"
de Phillip Noyce

Avec Sharon Stone, Tom Berenger, William Baldwin, Martin Landau
Paramount Vidéo

Curieusement, un film resté encore à ce jour inédit en DVD qui finalement sort certainement à cause de « Basic instinct 2 » au cinéma, les deux mettant en vedette Sharon Stone. Qui venait juste de sortir de la consécration du film de Paul Verhoeven et qui remettait plus ou moins le couvert dans ce nouveau thriller qui se voulait encore plus sulfureux, écrit par Joe Eszterhas qui avait signé le scénario de « Basic Instinct » et réalisé par Phillip Noyce à qui on devait à cette époque là le brillant « Calme blanc », et les adaptations des romans de Tom Clancy, « Jeux de guerre » et « Danger immédiat ». Un bon artisan qui n’a jamais réitéré l’exploit de « Calme blanc », il est vrai soupçonné d’avoir été co-réalisé par son producteur, George Miller, celui des « Mad Max ». Par la suite, Noyce signera « Le saint » (moyen...), « Bone collector » (plutôt bon, là) et la dernière version du roman de Graham Greene, « Un américain trop tranquille » (très, très bon). C’est pas tout, revenons à « Sliver » : Carly vient d’emménager dans un « sliver », building aux lignes très esthétiques, en plein Manhattan (faut pouvoir, au passage !). Très vite, elle a le sentiment d’être épiée. Et dans la foulée, d’étranges accidents mortels frappent certains locataires. Qui est le voyeur meurtrier auquel devra échapper Carly ?
Ca se résume vite, Sharon Stone ne porte guère le film dans son cœur, lequel surfa volontairement sur l’image de l’actrice au sortir du succès de « Basic instinct », à savoir des scènes d’amour torrides et explicitement sexuelles. Bon, franchement, à moins d’avoir été enfermé dans un monastère (et encore, une pièce isolée totale, là oui !) pendant une décennie, il n’y a rien de bien méchant dans « Sliver ». L’intrigue policière se traîne, les acteurs cabotinent (surtout ce pauvre Tom Berenger) ou sont transparents (Baldwin, mais ce n’est pas une révélation...) et le suspense demeure bien sage. Quant au voyeurisme sur lequel se base le film, ce n’est pas « Sliver » qui en parle le mieux c’est certain, même dans ce qui nous est vendu comme étant la version non-censurée (trois plans de fesses avaient été coupés pour l’exploitation en salles aux USA). Au final, un film pour fans de Sharon Stone, ou pour amateurs de petits thrillers légèrement tordus.

Note : 6/10 DVD : 1/10 : copie excellente, format d’origine 2.35 image 16/9ème anamorphique .

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire