SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Complex 1 : Volume 1 - Eden -




"Complex 1 : Volume 1 - Eden -"
de
Bretin et Bonzon

Editeur :
Éditions du Masque
 

"Complex 1 : Volume 1 - Eden -"
de Bretin et Bonzon



Ce duo d’auteurs avait fait sensation en janvier 1999, avec La servante du Seigneur, un thriller historico fantastique où l’humour tempérait les côtés noirs et « hard » de l’intrigue. Après deux autres romans aussi noirs, mais peut-être plus élitistes par le niveau des références auxquelles l’intrigue faisait appel, ils reviennent avec une trilogie (forme littéraire qui a vraiment le vent en poupe !) et nous offrent un premier tome au titre qui fleure bon le paradis : Eden. Mais connaissant l’humour des auteurs, on peut craindre que ce paradis soit factice !

Tout commence lorsque les quatre membres du groupe Eden perpétuent un éco attentat dans les installations de la société Naeliev, au cœur de la Suisse. C’est une entreprise spécialisée dans l’horticulture, principalement celle des roses. Mais en fait, Thomas Hearing, l’un des participants, est là pour récupérer une éprouvette dans un laboratoire. On lui a fourni tous les codes pour ce faire. Avec la tension de l’instant, il est maladroit et se trompe. Une mauvaise manipulation fait éclater un tube et la substance se répand sur son gant. Il réussit à se calmer et récupère la bonne éprouvette. Avant de quitter la pièce, il s’empare d’une souris blanche, à l’œil étrangement vert, pour satisfaire la demande de ses filles qui lui réclament un cobaye.
De retour dans sa ville, après la livraison et le paiement, Thomas est pris d’une folie de consommation. Il veut gommer les années de frustration et fêter Noël, (alors qu’on est en pleine canicule) Mais, il est sujet à des troubles, des malaises. Aussi la fête tourne mal, car il ne comprend pas la réaction de ses proches face à son attitude. Il s’enfuit, laissant derrière lui les cadavres de sa compagne et de ses deux filles.
Entre en scène Renzo Sansini, récemment muté à Interpol, en charge des mouvances extrémistes écolos. Il a été alerté par des e-mails émis par Thomas.
Commence alors une poursuite entre Interpol, la police nationale, les services secrets, Hearing, (dont le métabolisme mute) un duo de tueurs chargé de retrouver et assassiner les membres du commando... car les serres de Naeliev recèlent des secrets pour lesquels les puissances sont prêtes à s’entretuer. Sur fond de canicule, de mutation, de guerres des polices, de recherches scientifiques prohibées, d’événements passés influant le présent, Renzo Sansini peut-il, seul, trouver la vérité ?

Une fois encore les duettistes du roman noir ont réussi un livre hors normes. L’intrigue, à la base assez classique, (celle de l’Adam futur) fait l’objet d’un traitement énergique et d’extensions novatrices flirtant avec le fantastique. Jusqu’à ce jour, peu d’auteurs ont abordé le sujet avec cet angle d’approche, cette vision. Dans les fictions, les mutations de la nature visent à détruire les réalisations humaines ou à prendre des hommes comme proie. Or, ici, c’est à la construction génétique que la nature s’attaque... aidée en cela, il faut le dire, par des recherches menées par des hommes !
Le sujet est d’actualité, avec un retour des populations vers la nature, les plantations... les auteurs ne font-ils pas dire à un de leurs personnages : « ...profitant à plein de l’explosion verte du jardinage familial, l’un des rares secteurs où l’on enregistrait une croissance à deux chiffres. Face à la mondialisation débordante, l’humain cherchait à reprendre racines. » Le rapport homme/nature est intéressant car très présent, trop présent d’ailleurs, en ce début du XXIè siècle. De plus, les auteurs ont accumulé une documentation sur les roses, sur les plantes et leur métabolisme, qu’ils ont su rendre passionnante.

Mais l’univers où se débattent les personnages imaginés par les deux auteurs est triste, morne, gris. Seules les pages évoquant les roses et leur culture laissent passer les couleurs. Les individus qu’ils mettent en scène traînent des cassures, des ruptures et mènent une vie personnelle et professionnelle de façon mécanique, tels des zombis. Ce qui est frappant, dans la première partie du roman est cette absence d’espoir, cette absence de projets. Cependant Renzo Sensini évolue et ses rencontres l’amènent à exprimer des sentiments.
Mais dans cette grisaille, les personnages prennent corps, prennent chair tant ils sont bien construits, que ce soit au point de vue du caractère, de la psychologie, du rôle social ou de leur place dans la ronde humaine.
Denis Bretin et Laurent Bonzon nous gratifient d’une intrigue solidement charpentée, aux multiples ramifications qui débouchent sur nombre d’annotations. Ils distillent un ton humoristique grinçant, qui décape et fait réagir. Ils appuient là où ça fait mal et pointent les dysfonctionnements d’une civilisation qui sombre et qui se meurt de trop d’égoïsme, de pertes de repères et de racines.

Eden est un premier volume trépidant, qui augure d’une série passionnante.

Serge Perraud

Complex 1 : Volume 1 - Eden, Denis Bretin et Laurent Bonzon, Éditions du Masque, mars 2006, 384 pages, 20 €






Retour au sommaire