SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Rent


"Rent" de Chris Columbus (2006)

Une bande d’artistes subit les affres de la pauvreté. Trois d’entre-eux habitent un loft dont ils ne peuvent payer le loyer ou l’electricité. Chacun a des attentes différentes de la vie mais tous souhaitent enfin pouvoir vivre de leur art.

Le film est l’adaptation au grand écran d’une comédie musicale à succès (Rent) qui ne peut malheureusement pas vraiment s’exporter chez nous car les codes sont typiquement new-yorkais. L’auteur Jonathan Larson, a réécrit l’opéra de Puccini, la Bohème, en modernisant les faits.

Mark Cohen filme tout ce qu’il voit pour en faire une oeuvre cinématographique. Il s’est fait largué par sa petite amie (Maureen) qui est partie pour une autre femme. Roger David (le rockeur) a le sida. Il a été contaminé par son amante, qui se droguait et qui en est morte. Il n’arrive plus à composer, et se lamente sur son propre sort. Il est sorti de sa léthargie par sa jeune voisine Mimi (Rosario Dawson), qu’il rejette, ne souhaitant ni lui transmettre la maladie, ni s’engager à nouveau. Tom Collins, lui, vient de se faire agresser et se fait secourir par un jeune homme, Angel. Les deux hommes, tous les deux atteints du Sida, tombent amoureux l’un de l’autre. Angel est un travesti qui, pourtant, apprendra à chacun à se dépouiller de l’inutile pour laisser affleurer le plus important, l’amour. C’est ce qui reste quand tout a disparu.

On a du mal à comprendre le choix du réalisateur (Chris Columbus) pour mettre en scène ce drame qui est symptomatique de la fin des années 80 aux Etats-Unis : la crise, le sida qui s’étend aux proches et sort du ghetto homosexuel, le capitalisme galopant. Pourtant lui se défend en expliquant que ce que vivent les protagonistes, il l’a vécu également lorsqu’il débutait sa carrière dans la grande Pomme. Le film met un peu de temps à démarrer, mais ensuite, se déroule sans temps mort, excepté à la fin, plus dramatique. La trame du récit n’est pas aussi fluide qu’elle aurait pu l’être, mais comme c’est une comédie musicale, on passera sur ce détail. Les acteurs/chanteurs sont bien sûr excellents sur scène, mais quelques fois un peu théatral à l’écran.

On regrette que la voix si smooth (suave) de Taye Diggs n’est que peu utilisée. Jesse L. Martin qui a stoppé le tournage de la série New York Police District pour reprendre son rôle, exploite bien sa voix mais lui aussi est privé de moments où pouvaient s’exprimer des moments plus doux (les deux ont joué et chanté dans Ally McBeal). La voix de Traci Thoms est magnifique. Anthony Rapp est à la fois bon dans son jeu ainsi que lorsqu’il chante ou danse, bravo ! Les autres, bien que remarquables, ne produisent pas le même effet, même si Rosario Dawson est étonnnate et Indina Menzel charismatique à souhait.

Fiche Technique

Date de sortie : 12 Avril 2006

Avec Rosario Dawson, Taye Diggs, Wilson Jermaine Heredia, Adam Pascal, Jesse L. Martin, Traci Thoms, Anthony Rapp, Idina Menzel...

Genre : Comédie musicale

Durée : 2H15



Retour au sommaire