SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  Infos -  L’Historienne et Drakula

Article précédent :
Stanislas Lem est mort !

L’Historienne et Drakula

Article suivant :
La Bibliothèque de Babel de Borges de nouveau éditée !



Elizabeth Kostova
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Evelyne Jouve
Roman

Une traque palpitante à travers l’Europe et l’Histoire
qui revisite, avec brio, la légende du Vampire des Carpates.
Un tour de force littéraire.

En 1972, dans une vieille maison d’Amsterdam, une adolescente explore la bibliothèque de son père et tombe par hasard sur un vieux livre relié de cuir d’où dépassent des feuillets jaunis. Toutes les pages de l’ouvrage sont vierges, à l’exception d’une affreuse gravure de dragon dont les ailes déployées semblent protéger une étrange inscription : « DRAKULYA ». Pour tromper sa solitude, la jeune fille a la curiosité de déplier l’un des feuillets. Il s’agit d’une lettre et elle s’ouvre ainsi : « Cher et infortuné successeur... »
Son univers vient de basculer... Petit à petit, elle va en effet découvrir les secrets de jeunesse de son père ainsi que le destin mystérieux de sa mère, aujourd’hui disparue.
Elle va surtout comprendre que tous deux sont liés à l’existence d’une puissance maléfique jaillie tout droit des profondeurs de l’Histoire.
Deux générations d’historiens ont en effet déjà risqué leur réputation, leur équilibre mental et leur vie à tenter d’élucider la fin tragique et mystérieuse de Vlad III de Valachie, dit Vlad l’Empaleur ou encore Dracula.
Ce que la jeune fille ignore encore, c’est qu’à son tour, et au prix d’une plongée aussi angoissante que vertigineuse dans le passé de ses parents, elle va devoir emprunter les traces de ses prédécesseurs et tenter de résoudre cette énigme maléfique. Dès lors, de villes en villes, de monastères en bibliothèques, de salles d’archives en cryptes abandonnées, la quête se transforme en traque, et lentement, une vérité se dégage de la légende, plus terrifiante encore.
La source du mal aurait-t-elle traversé les âges ?

Elizabeth Kostova, qui n’a jamais oublié les histoires sur le vampire des Carpates que lui racontait son père, a mené des recherches historiques pendant près de dix ans autour de la véritable histoire de Dracula, avant d’écrire L’Historienne et Drakula. Voyage exaltant à travers toute la vieille Europe, à la fois roman d’aventures et récit initiatique, L’Historienne et Drakula aborde, au-delà de la légende du célèbre vampire, le problème du questionnement historique. Pour servir ce récit foisonnant et épique, Elizabeth Kostova a conçu une intrigue implacable et une architecture romanesque à la fois complexe et exigeante (lettres, journaux intimes, conversations rapportées, récits dans le récit s’entrecroisent dans un subtil jeu de mises en abyme), qui font de ce premier roman un véritable tour de force littéraire.

Mise en vente :
Tome 1 : 13 mars 2006 : 14,90 €, 496p
Tome 2 : 3 avril 2006 : 14,90 €, 512p

Interview d’Elizabeth Kostova

D’où est né votre intérêt pour Vlad L’Empaleur ?

J’avais étudié le "Dracula" de Bram Stoker lorsque j’étais enfant, bercée par les histoires de vampire que mon père, alors professeur, se plaisait à me raconter lors de nos nombreux voyages en Europe. Ma découverte de Vlad Dracula, l’Empaleur de Valachie (celle-ci se situe aujourd’hui en Roumanie) arriva bien plus tard, lorsque je fus emportée par la curiosité d’en savoir plus sur la figure historique qui avait inspiré Stoker et sur les liens existant entre ce personnage réel et le vampire imaginé par le romancier. Je fus alors fascinée de découvrir que Vlad l’Empaleur était autrement plus effrayant que la créature surnaturelle de Dracula, et ceci pour une raison toute simple : c’est que Vlad l’Empaleur fait vraiment partie des monstres de l’Histoire.

Vous avez fait plus de dix ans de recherches avant d’écrire L’Historienne et Drakula. Quel fut l’élément le plus surprenant que vous ayez découvert ?

Vlad l’Empaleur était déjà très connu de son vivant, par voie de conséquence, l’on détient sur lui aujourd’hui bien plus d’informations que sur n’importe quel autre souverain du Moyen Age. Pourtant, de nombreuses zones d’ombres persistent, notamment sur le lieu final de sa sépulture et sur le sort qu’a subi sa dépouille - un mystère que j’aborde largement dans le roman. Un autre élément m’a surprise lorsque j’effectuais mes recherches, c’est la façon dont Vlad, souverain de moindre importance alors et à la tête d’un territoire somme toute peu étendu, est parvenu à imposer son pouvoir sur ce qui était alors le très puissant Empire Ottoman. Il parvint à imposer aux Ottomans un pouvoir d’une telle férocité que les habitants d’Istanbul, bien qu’à des centaines de kilomètres de la Valachie, étaient terrifiés à l’idée que Vlad Tepes puisse débarquer dans leur grande cité et les attaquer. Il est facile d’imaginer les mères de familles expliquant à leurs enfants que s’ils étaient méchants, Dracula viendrait les chercher. Cela a fait de lui l’un des personnages monstrueux les plus vivaces de l’Histoire.

Quelle est la part de réalité et de fiction dans le livre ? Comment avez-vous équilibré l’ensemble ?

C’est toujours LA question dans le cas d’un roman historique. La précision est quelque chose de très important pour moi et j’ai beaucoup travaillé afin de rendre les éléments de détails et les évènements aussi fidèles que possible à l’Histoire, bien que cela ne puisse être jamais absolument parfait. Tous les personnages de mon livre sont inventés, à l’exception bien sûr de Dracula. Le sort mystérieux qu’a connu sa dépouille est réel mais l’explication terrifiante qui m’est venue à l’esprit pendant l’écriture de ce roman est évidemment fictive. Le décor de l’Europe de l’Est communiste m’a été inspiré par mes propres observations lors de mes voyages là-bas, comme c’est d’ailleurs le cas pour tous les lieux d’Europe occidentale visités par le père et sa fille, bien que j’en aie modifié la plupart des noms.

Biographie de l’auteur :

Elizabeth Kostova est née en Nouvelle-Angleterre (Connecticut) en 1964. Issue d’une famille d’enseignants, elle a commencé très tôt à écrire des histoires et des poèmes. Ses parents, tous deux universitaires ont, pour des raisons professionnelles, beaucoup voyagé en compagnie d’Elizabeth et de ses deux sœurs. Sa fascination pour l’Europe de l’Est remonte à son enfance. A l’âge de sept ans, elle passe un an à Ljubljana en Slovénie, où son père enseigne dans une université locale.
Elle fait ses études à l’université de Yale où elle remporte The Wallace Prize for Fiction, elle obtient un BA d’études anglaises en 1988, puis un MFA en création littéraire, mais cette fois à l’Université du Michigan où elle enseigne encore aujourd’hui.
Elle poursuit ses études à Yale et en 1989, se voit attribuer une bourse de recherche pour partir étudier la musique dans les villages d’Europe de l’Est. C’est pendant son voyage, qu’elle rencontre son futur mari, Gyorgi Kostov, qu’elle épouse en 1990.
La mission d’Elizabeth Kostova la conduit dans les villages les plus retranchés de Bulgarie, de Bosnie et du Sud-ouest de la Russie, dont elle s’inspirera pour écrire L’Historienne et Drakula.
Elle vit actuellement avec sa famille à Ann Arbor dans le Michigan.

La presse ionternationale

« Le livre de la saison...imaginez un Da Vinci Code intelligent...diablement bon » Rolling Stones

« Une construction ingénieuse et une vraie atmosphère » Washington Post

« Mélangeant mythe et Histoire, Kostova a imaginé une version de la légende de Dracula si innovante que lorsqu’ un pieu est planté dans un cœur on a l’impression de voir cela pour la première fois. » Newsweek

« C’est une entrée en littérature à la fois posée et hardie qui mélange de façon improbable les univers d’Anne Rice, d’Umberto Ecco et de John Buchan » Sunday Times

« L’Historienne et Drakula est un roman gothique sinueux plein de détails fascinants sur les connaissances vampiriques archaïques, les splendeurs de l’empire Ottoman et les beautés de la campagne roumaine » TLS

« L’Historienne et Drakula qui bénéficie d’une importante promotion, est né d’une recherche minutieuse sur les traditions, les légendes et les lieux...ce qui permet à Kostova de ne jamais commettre de faux-pas historique. » Corriere della Sera

« L’auteur peut être fière d’avoir su donner un souffle nouveau à un personnage devenu kitsch depuis Bram Stocker, dont le cinéma nous a largement repu et que l’on pensait complètement éculé. » Der Welt

« Sur les traces du véritable Dracula... Ce roman est un feu d’artifices d’idées. Il fait revivre le vrai Dracula. Une atmosphère dense, un suspense toujours plus soutenu, une utilisation intelligente de l’Histoire, des personnages qui évoluent de façon élégante à travers le roman. L’un des plus gros événements littéraires de la saison ! » Bild am Sonntag

« Une géniale adaptation de la légende de Dracula... Une histoire captivante qui mêle le mystère, la terreur, l’exotisme et le sang. » El Païs