SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Science-Fiction 2006




"Science-Fiction 2006 "
de
Bragelonne

Editeur :
Revue apériodique des Éditions Bragelonne
 

"Science-Fiction 2006 "
de Bragelonne



Science-Fiction 2006 Revue apériodique des Éditions Bragelonne

Le volume se compose de dix nouvelles, des interviews de Harry Harrison et Iain M. Banks et d’un article de J.-C. Dunyach sur le Nouveau Space Opera (NSO). La partie littéraire se complète par une préface de Peter Crowther, un véritable plaidoyer pour la lecture de nouvelles.
Celui-ci regrette la raréfaction des supports pour ce type de récits. D’après son témoignage, la situation n’est guère plus brillante dans le monde anglo-saxon que dans notre hexagone : « La nouvelle est une forme d’art... souvent calomniée... oubliée... ignorée même. »
De plus, une profession de foi éditoriale de Stéphane Marsan explique les raisons d’une plus large introduction de la SF dans le catalogue Bragelonne et de la meilleure identification de celle-ci.

La partie Nouvelles comprend des textes qui, pour la plupart, déportent dans un futur lointain les conséquences des problèmes d’aujourd’hui, les faits de société. Certains proposent un sujet plus proche du pur divertissement ; quoi que, ce type de récit existe-t-il vraiment ?
Je rêvais d’étoiles (Peter F. Hamilton) aborde, sur une Terre rénovée, débarrassée de son trop plein de population et de technologie, les sentiments d’amour et de haine, avec la même crasse et la même bêtise humaine. Même à deux l’humain se bat !
Moi, après le caillou (Patrick O’Leary) contredit ce qui vient d’être écrit. Lorsqu’on touche la pierre extraterrestre on déborde d’amour pour ses semblables. On veut les toucher pour qu’à leur tour...
Continuum (James Lovegrove) permet de suivre le parcours de nouveaux voyageurs, des « fogg », pèlerins perpétuels en quête d’éternité.
La Réjuv génétique de Milo Ardry (Elizabeth Moon) amène à désespérer de l’avenir. En effet, il est navrant de voir que, dans un futur évolué, la recherche du moindre coût entraîne les mêmes déboires qu’actuellement.
Les Rémoras (Robert Reed) éclaire brièvement sur une population évoluant dans l’espace, rattachée à un vaisseau stellaire de la taille d’une grosse planète.
Morceau par morceau (Karen Traviss) est une vision dérangeante de la non-ingérence dans les coutumes. C’est une relation acide de l’univers du social et de ses dérives.
Le front pour l’humanité (Ken MacLeod) bâtit, avec des éléments du réel, une fiction uchronique d’un futur proche.
Un homme seul, avant la Conjonction (Laurent McAllister) pose l’éternelle question : faut-il sacrifier une minorité pour que vive une majorité, même quand la minorité fait cinq millions de personnes dans un univers où la surpopulation...
Les jardins de Saturne (Paul J. McAuley) s’inscrit dans le contexte de La Guerre Tranquille, un vaste conflit entre les Puissances de la Terre et les colonies spatiales. L’auteur traite des l’adaptation de colons à de nouveaux environnements pour fuir le joug des vainqueurs.
Il est facile de dire que Chants d’adieu (Peter Crowther) est un texte prémonitoire. Tant de gens imaginent et décrivent tant de catastrophes ... que certaines finissent par arriver.

L’ensemble de ces pièces est d’un très bon niveau, avec quelques nouvelles qui sortent du lot comme Morceau par morceau, Les Rémoras ou Moi, après le caillou.

Le concept éditorial de Science-Fiction 2006 est attrayant et l’idée est astucieuse. En effet, offrir quelques amuse-gueules finement sélectionnés, puis promettre un menu plus roboratif ne peut que mettre le lecteur en appétit. C’est à cette pratique que se livrent les responsables de Bragelonne, en proposant, en ce début d’année, cette revue-anthologie. Et il est vrai que le menu est attirant pour plusieurs raisons. La première est l’annonce confirmée d’un retour en force de la SF dans le temple de la fantasy. (Mais celle-ci n’est-elle pas une fille de la SF ?) La seconde est l’ouverture vers le Nouveau Space Opera, cette veine éditoriale qui s’ouvre vers de nouvelles approches de la conquête de l’univers. La troisième est le programme concocté par l’équipe managériale pour 2006, avec quelques pièces de choix, comme par exemple : Le Grand Vaisseau de Robert Reed, Les Guerres Wess’har de Karen Traviss ou L’Algébriste de Iain M. Banks.
De telles perspectives vous font vraiment souhaiter d’être plus vieux de quelques mois !

Serge Perraud

Science-Fiction 2006, Revue apériodique des Éditions Bragelonne, janvier 2006, 320 pages, 17 €






Retour au sommaire