SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Les Profondeurs Furieuses




"Les Profondeurs Furieuses"
de
Gregory Benford

Editeur :
LGF - Livre de Poche (13 février 2002) - S.F.
 

"Les Profondeurs Furieuses"
de Gregory Benford



++++
Après La Grande Rivière du ciel et Marées de lumière, nous continuons l’incroyable voyage initié par l’un des 3 B de la hard science américaine, Gregory Benford. Comme pour toutes les suites, on peut avoir du mal à entrer dans ce volume et renouer les fils d’une intrigue très complexe. Les LeFou et les Atouts, sous la direction du Cap’taine Killeen, plongent à bord de l’Argo vers le Centre Galactique, où le Mangeur de Monde (comprenez le trou noir) avale l’un après l’autre les soleils qui orbitent autour de lui. Que voilà un bien étrange équipage : s’il n’y avait que les Humains, forgés par des années de fuite devant les Mécaniques et proprement incultes face aux prodiges technologiques qu’ils rencontrent (de l’Argo lui-même aux Chandeliers, des bases sidérales).


Mais il faut y ajouter aussi Quath, une Myriapode, qui a choisi de lier son destin à celui de ces survivants d’une glorieuse civilisation détruite par les Mécas. Et Quath est une trouvaille, on peut le dire, avec ses intelligences multiples, son appartenance à une race capable de manipuler des singularités, et son humour bien particulier. Benford sait utiliser ce personnage comme légat pour nous expliquer l’étrange univers dans lequel l’équipage de l’Argo se retrouve plongé. On retient de plus en plus son souffle, à l’approche du trou noir, tandis que s’engage une bien étrange poursuite entre les Mécas et les Humains aidés par les Myriapodes. On s’attache aussi au personnage de Toby, le fils de Killeen, qui supplante d’ailleurs son père dans l’intrigue.


Killeen ressemble d’ailleurs de plus en plus à un capitaine Nemo génial et inquiétant. Oui, on peut dire que ce roman contient beaucoup de folie et de grandeur.


Benford intègre d’ailleurs une certaine schizophrénie chez tous ses personnages. Ils n’en sont que plus passionnants. Dommage, néanmoins que le dernier tiers de l’histoire gâche la lecture. L’intrigue marque un brusque ralentissement qui donne trop l’impression que l’auteur a voulu garder absolument des éléments pour un autre volume, nous frustrant quelque peu. Après avoir approché de si près le trou noir, il faut se contenter du parcours initiatique de Toby dans le monde un peu confus des Voies de l’Espace-Temps. Difficile de voir où cela nous mène, jusqu’au moment où on se rend compte que, malheureusement, le roman est terminé. On referme le livre ébloui, mais désappointé.


Les Profondeurs Furieuses, Gregory Benford. Livre de Poche. Traduction : Guy Abadia. 474 p.


Corinne Guitteaud






Retour au sommaire