SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Firewall


"Firewall" de Richard Loncraine

 

Avec : Harrison Ford, Virginia Madsen, Paul Bethany.
Distribué par Warner Bros.
104 mn.
Sortie le 5 Avril 2006.

Note : 4/10.

Depuis qu’on sait officiellement qu’il va y avoir un « Indiana Jones 4 », on se demande aussi si le père Ford va bien tenir la route. A la vision de « Firewall », on n’en doute pas, il a la forme, Harrison ! En même temps, pour son retour au cinéma, on était en droit d’attendre quelque chose de plus riche et original que cet énième polar de série.
Jack Stanfield est un des meilleurs génies de la parade informatique contre tout hacker. Un jour, sa famille est prise en otage et le chef des ravisseurs, Bill Cox (Paul Bethany, excellent, le seul du film d’ailleurs) va ainsi obliger Jack à libérer ses défenses pour qu’il puisse aller en toute tranquillité ponctionner 100 millions de dollars sur des comptes privés. Acculé, Jack n’a pas le choix mais en même temps, le doute s’insinue en lui quant à sa survie finale. N’ayant plus rien à perdre, il fera tout pour faire échouer le plan de Cox.
Et voilà, tout est dit. N’en attendez pas plus, vous ne l’aurez pas. Piochant un peu dans « Otage » pour le coté sophistiqué de la prise d’otages, « Firewall » est surtout un moyen pour Ford pour témoigner de sa vitalité si il reprenait le chapeau et le fouet d’Indy. Là-dessus, pas de doutes, il a encore des ressources. Mais le vérifier au cœur d’un film banal quant à ses péripéties, ses coups de théâtre, etc..., déçoit quelque peu. Le pire étant un final comme on n’en voit plus depuis longtemps, qui vieillit considérablement le film. A la rigueur, on conservera quelques détails intéressants comme ces kidnappeurs plutôt impitoyables menés par un Paul Bethany au diapason de son rôle. Et force est d’admettre que s’il n’était pas là, à si bien camper un tel méchant, ce « Firewall » perdrait ses seules qualités. On a connu Ford plus inspiré, ainsi que Richard Loncraine (le gars qu’a fait le sublime « Haunting of Julia », l’adaptation du roman de Peter Straub, un des films de fantôme les plus flippants de l’histoire du genre, ainsi que la dernière et remarquable adaptation de « Richard III », modernisée pour un résultat quasi extraordinaire !), et ce n’est pas ce « Firewall » si conventionnel qui sera à retenir de leur filmographie respective.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire