SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  SAW 2


"SAW 2" de Darren Lynn Bousman

 

Le hasard (de la distribution) fait bien les choses. En début d’année, le film d’horreur le plus original vu depuis longtemps, Prix du Jury (ex-aequo avec « Calvaire ») au 12ème Festival du Film Fantastique de Gerardmer (alors que tout le monde le donnait favori pour le Grand Prix mais bon, ceci est une autre histoire vu que ce fut le très sage et consensuel et nul « Trouble » qui l’obtint...), j’ai donc nommé « Saw » sort en salles. Succès moyen, mais 9 mois plus tard, le voici en DVD, qui marche très bien, et dans la foulée, sort « Saw 2 », auréolé de son énorme succès commercial aux States. Brisant du même coup les statisticiens qui préconisaient une baisse de fréquentation en salles pour tout ce qui était interdit aux mineurs. Bon, « Saw », c’est ce huis clos effroyable de deux hommes enchaînés dans une vieille salle avec entre eux deux un cadavre. L’auteur de ce cauchemar, un certain Jigsaw, psychopathe étrange poussant ses victimes à aller jusqu’au bout de leurs limites pour sauver leur peau. Et vu le challenge, les trois quarts du temps, la mort est au rendez-vous dans ce qu’elle a de plus machiavélique. En fait, « Saw » rappelle un peu « Seven » sauf que les meurtres sont montrés alors que dans le film de Fincher, on ne voyait que la conclusion. C’est vrai que c’est un film d’horreur d’abord. Quant aux motivations du tueur, elles sont parmi les plus originales et implacables jamais vues au cinéma. Arrive donc logiquement la séquelle. Qui dépasse allègrement son prédécesseur en matière d’horreur sadique. Mais certainement pas en matière d’efficacité dans tout le reste.

Alors que sa vie privée est un désastre, l’inspecteur Eric Matthews (Donnie Wahlberg, médiocre tant il surjoue) se voit de nouveau lancé sur les traces de Jigsaw qui vient de faire reparler de lui. Situant enfin l’antre du tueur, Matthews accompagné d’une équipe croit capturer le psychopathe... Avant de se rendre compte qu’il est piégé. En effet, Jigsaw lui propose un défi : son fils est enfermé avec 7 autres personnes dans une maison et ils ne leur reste que quelques heures de vie. Tout est montré sur des moniteurs vidéo qui dévoilent les querelles du groupe de victimes, les morts atroces frappant les premiers, les mises à mort internes pour s’octroyer une clef donnant l’antidote. Seul moyen pour Matthews de sauver son fils : discuter avec Jigsaw.

Sérieusement, une suite n’était pas indispensable. Ici, l’effet de surprise n’étant plus de mise, les scénaristes se focalisent sur une autre approche favorisant une surenchère de sadisme dans les meurtres au service d’une trame fonctionnant comme un jeu vidéo ou un reality-show vu qu’on suit chaque victime potentielle sur un écran TV. Et le seul élément original de scénario et de mise en scène se trouve du coup complètement annihilé par une révélation finale qui fait tout capoter. Quant à Jigsaw, autant dans le premier, ce personnage prenait une certaine dimension, autant il en perd une bonne partie ici. Quant on connait son histoire, on a du mal à croire qu’il puisse survivre autant aux coups de Matthews, et qu’il ressente assez de pitié pour transmettre ses motivations. Tout cet ensemble chaotique nuit à la cohésion d’une suite purement commerciale, qui ne se rattrape donc que dans l’extrême sadisme de certaines mises à mort, comme celle de la cage de verre cisaillant les bras la traversant ou, la meilleure de toutes, la piscine de seringues. Voilà ce qu’il faut retenir de « Saw 2 », qui risque de plaire à ceux qui viennent de découvrir pour la première fois les méfaits de Jigsaw, certes supérieur à bien d’autres films d’horreur, mais autrement mal desservi par un scénario somme toute ridicule que ne vient en rien sauver une mise en scène inexistante. Un bilan certes sévère mais c’est souvent le cas pour ces séquelles faites dans le seul but de profiter de la voie ouverte par un modèle qui ne sera jamais dépassé. Ce qui n’empêchera pas les producteurs de lancer la mise en projet d’un troisième « Saw », succès oblige et avec une ouverture finale de se second opus qui ne laisse planer aucun doute.

St. THIELLEMENT

Fiche Technique

Saw 2
Réal. : Darren Lynn Bousman
Scén. : Leigh Whannell & Darren Lynn Bousman
Avec : Dina Meyer, Donnie Wahlberg, Glenn Plummer, Shawnee Smith, Tobin Bell.
Distribué par Metropolitan Filmexport.
91 mn.
Sortie le 28 Décembre 2005.

Note : 4/10.



Retour au sommaire