SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  La Fille aux cheveux noirs




"La Fille aux cheveux noirs"
de
Philip K. Dick

Editeur :
Gallimard (14 février 2002)
 

"La Fille aux cheveux noirs"
de Philip K. Dick



+++++


Il y a plusieurs Philip K. Dick : le total halluciné de Substance mort, le parano de Coulez mes larmes, dit le policier, celui plus religieux du Maître au Haut Château. Le Dick que l’on découvre dans La Fille aux cheveux noirs révèle une autre facette d’un individu-ubik à l’écoute de son anima et de ses émotions sublimées ou fantasmées.


Composée en 1972, en partie durant son “exil canadien”, mais publiée en 1988, La Fille aux cheveux noirs (l’original offrant d’autres lettres et textes) est un recueil de 6 rêves et 16 lettres adressées à 9 correspondants majoritairement féminins (sa mère Dorothy, ses ex-femmes ou compagnes...). Dans ces textes-souvenirs, parfois maladroits et pathétiques, se dégage une beauté poignante notamment lorsque Dick s’ouvre, en cœur généreux, sur ses trajectoires amoureuses fragmentées mais rayonnantes ou sur son incompréhension de la réalité sociale et la violence urbaine. On y croise, au détour d’une phrase, des anecdotes sur des grands noms de la SF tels Delany, Spinrad, Heinlein, Disch, ses pseudo-persécutions par le FBI ou encore sa relation avec la drogue. Odes à la vie, à cet éternel féminin trop tôt disparu durant ce mois de janvier 1929 et qui le hantera toujours, ces documents témoignent de la bonté d’un homme blessé, passionné, à la recherche d’un omphalos et d’une déesse-mère. Gardons-nous de devenir des androïdes “déconnectés de l’affect”.


La Fille aux cheveux noirs, Philip K. Dick, Gallimard, Folio SF n° 87.Traduction : G. Goullet, préface de N. Spinrad. 192 p.


A. Marcinkowski







Retour au sommaire