SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Belgarath le Sorcier




"Belgarath le Sorcier"
de
David & Leigh Eddings

Editeur :
Pocket (6 mars 2002)
 

"Belgarath le Sorcier"
de David & Leigh Eddings



+++


Dans ces deux tomes qui ne forment qu’un seul roman - encore une fois le syndrome du découpage pour un éditeur français - le couple Eddings revient sur le passé du vénérable Belgarath (bien qu’il déteste qu’on le nomme ainsi) et toutes les aventures qu’il connut depuis sa naissance jusqu’à celle de Garion. Le lecteur a donc droit à son lot de précisions et d’approfondissements, particulièrement vis-à-vis de personnages, de lieux, ou d’événements qui n’étaient qu’évoqués ou survolés durant la Belgariade et la Mallorée.


Il va de soi que pour apprécier ces annales à leur juste valeur, il est recommandé d’avoir lu les ouvrages cités, quand bien même la prose fleurie d’une narration à la première personne par Belgarath a de quoi être savoureuse pour tous. Il serait encore plus utile d’aimer Eddings et ses romans, car on retrouve ici tout ce qui a fait son succès, ses qualités, comme ses défauts. Ne vous attendez pas à de folles surprises quant au style et au ton par exemple.


Et si vous n’avez jamais apprécié les histoires “pépères” où l’humour tient une large place, passez votre chemin. Ce ne sont pas ces deux livres qui vous réconcilieront avec les auteurs. Certains n’y verront d’ailleurs qu’une exploitation commerciale d’un succès originel, comme l’est déjà, aux yeux d’une partie des amateurs, la Mallorée par rapport à la Belgariade.


Belgarath le Sorcier, David et Leigh Eddings, Pocket. Traduction : Dominique Haas.


Tome 1 & 2 : Les années noires, 444 p., et Les années d’espoir, 314 p.


Emmanuel Chastelière






Retour au sommaire