SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Picatrix, l’échelle pour l’enfer




"Picatrix, l’échelle pour l’enfer"
de
Valerio Evangelisti

Editeur :
Rivages (16 octobre 2002)
 

"Picatrix, l’échelle pour l’enfer"
de Valerio Evangelisti



+++++


Evangelisti a maintenant rodé sa mise en scène, ses personnages, et pour le lecteur de ce cinquième volume de la série des Eymerich l’Inquisiteur, la période de la découverte du personnage a cessé. L’auteur est passé à l’approfondissement de sa psychologie : si ses tendances ambiguës profondes sont restées les mêmes, son évolution vers les sentiments devient manifeste. La série des Nostradamus nous a éclairés sur la place du masculin et féminin dans la pensée d’Evangelisti. Dans Nostradamus, il évoque l’univers actuellement régi par l’équilibre entre ces deux éléments. Le démon Ulrich ne pense pas que ce dualisme puisse être durable. Il veut que l’élément masculin écrase le féminin. Cette ère ne surviendra que lorsque l’homme, ce composant du cosmos, retournera à son état primitif en ayant vaincu l’élément féminin. Or Eymerich suit le chemin inverse, et pour la première fois dans la saga, il se montre faible, presque vaincu par une femme dont il subit l’influence.


Un Chrétien intégriste chez les Mahométans est la situation nouvelle que nous propose Evangelisti. Il pénètre en effet dans le royaume de Grenade, y rencontre un jeune juif converti au christianisme et rencontre de grands penseurs et mystiques orientaux. Inutile de dire que ces contacts sont âpres, compte tenu du racisme et de l’intransigeance de l’inquisiteur. Il doit résoudre le mystère des monstres à tête de chien, auteurs de plusieurs meurtres, et de grandes roues lumineuses qui tournent dans le ciel aussi bien en Espagne du temps d’Eymerich qu’en Afrique de nos jours, où l’on retrouve des personnages de la nouvelle Le Souffle des FARC. Elles sont toujours visibles, au cours des combats en Afrique qui opposent l’Euroforce à des troupes innombrables d’enfants drogués et affamés. On y revoit à nouveau le professeur Frullifer, une sorte de deuxième Eymerich avec les mêmes complexes à l’égard des femmes. Frullifer enquête sur un phénomène étrange : les malades mentaux d’une clinique qui se mettent à aboyer à une date déterminée. La même date que veut vérifier Eymerich, qui l’amène à se rendre aux îles Canaries.


On ne trahira pas l’intrigue en révélant le coup de théâtre dans le dernier chapitre, dans la tradition des romans-feuilletons du siècle dernier, et qui oblige le lecteur à regarder le roman d’un nouvel œil. On espère retrouver le personnage de son assistant juif converti Alatzar, à la subtilité intellectuelle remarquable, qui en fait un adversaire redoutable, contre lequel Eymerich se brise. Foisonnant de développements secondaires, ce roman, qui accorde une place de plus en plus grande à la puissance de certaines formes de l’énergie psychique, montre le même brio que les précédents et ne traduit pas d’essoufflement. Valerio Evangelisti sait durer en prenant une place de plus en plus grande dans la littérature internationale de l’Imaginaire. Le prochain roman, Lemegeton, est actuellement en cours de traduction.


Picatrix, l’échelle pour l’enfer, Valerio Evangelisti, Picatrix. Éd. Rivages, traduction : Sophie Bajard, 276 p.


Roland Ernould






Retour au sommaire