SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Les Entrailles du Mal




"Les Entrailles du Mal"
de
David Farland

Editeur :
Pocket (14 février 2002)
 

"Les Entrailles du Mal"
de David Farland



+++


Au cours de ces deux tomes qui en réalité composent un seul et même roman dans son édition d’origine, David Farland poursuit avec un certain allant sa saga des Seigneurs des Runes. Gaborn, le Roi de la Terre, se lance à la poursuite des Maradeurs, bien décidé à les traquer dès lors que la possibilité lui en est offerte par le biais de la petite Averan, qui a mangé la cervelle de l’un deux et depuis a des visions. Pendant ce temps, de nouveaux adversaires se pressent au Nord, avides de profiter de ces troubles et Raj Ahten frappé par la malédiction de Binnesman doit trouver une alternative s’il ne veut pas perdre ses pouvoirs, et ses conquêtes... Présenté de la sorte, voilà qui semble des plus engageants. Malheureusement, le lecteur découvre bien vite qu’il est confronté à deux tomes de transition. L’histoire progresse, mais il manque les moments de bravoure pure que l’on a connus précédemment. Le concept même de la magie runique, des Dons et des Dédiés - qui a fait une partie de la renommée de David Farland, du moins pour son originalité - commencent à s’essouffler. Quand bien même la figure héroïque et proprette de Gaborn se fissure enfin, les chapitres les plus intéressants du roman concernent sans coup férir le flamboyant Raj Ahten, et la découverte de ses terres d’Indhopal dévastées et en proie au plus grand trouble.


Les romans demeurent aisément distrayants et devraient sans problème combler votre besoin de lecture, mais le récit de Farland a tendance malgré tout à s’appauvrir, recourant à de grosses ficelles là où il était parvenu à construire du solide et de l’imposant. Bref, une semi-déception, dont on ne regrettera cependant pas l’achat si l’on est fan.


Les Entrailles du Mal, de David Farland, Pocket. Traduction : Isabelle Troin.


Tome 1 & 2 : La Salle des Ossements, 284 p., et Par le feu et par le sang, 280 p.


Emmanuel Chastelière






Retour au sommaire