SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Rencontre à Elizabethtown


"Rencontre à Elizabethtown" de Cameron Crowe.

 

Date de sortie en France : 02 Novembre 2005

" Elizabethtown " est le dernier film de Cameron Crowe, qui avait concocté “ Jerry Maguire ” et “ Vanilla Sky ” avec Tom Cruise ainsi que “ presque célèbre ” avec Kate Hudson. Il revient donc avec ce film qui pour une fois offre à Orlando Bloom (Legolas du Seigneur des anneaux) un rôle sans tunique et sans épée. A ses côtés Kirsten “ Spider Man ” Dunst. Le résultat final ?. Pas si mal que beaucoup le prétendent.............

Pendant les obsèques très "burlesques" d’un patriarche du sud, une histoire d’amour nait entre le fils de celui-ci (Orlando Bloom) et une hôtesse de l’air (Kirsten Dunst) rencontrée durant le vol pour assister aux funérailles ce qui va, quelque peu, changer sa vie..........

Dés le départ on se retrouve dans l’ambiance des films du réalisateur, qui il faut le dire est sacrément doué pour diriger ses personnages et faire en sorte que ceux-ci nous fassent ressentir les "petites choses" de la vie. C’est tour à tour très bien dialogué, très drôle avec un certain humour "pince sans rire", et il faut dire qu’a travers des situations très dramatiques le rire foisonne très souvent. C’est une excellente étude du genre humain et tous les acteurs sont très à l’aise. Il est important de noter que le film est basé sur la vie du réalisateur et qu’il raconte ce qui lui est arrivé en 1989 lorsque son propre père est décédé.

A la surprise générale, Orlando Bloom ("Legolas" du seigneur des anneaux) n’endosse ni cuirasse ni épée et cette fois-ci troque le cheval pour la voiture. C’est un plaisir de le voir jouer un personnage contemporain et il amène émotion, peine et rire à son caractère. Le rôle de sa mère est jouée par la grande Susan Sarandon dans une formidable prestation. On retrouve également Alec Baldwin patron d’entreprise à l’humour noir ravageur, Jessica Biel (loin ici des avions de chasse et des tueurs à la tronçonneuse), Bruce Mc Gill en patriarche, et toute une pléiade d’acteurs aussi bien dirigés les uns que les autres.

La cerise sur le gâteau provient de Kirsten Dunst en hôtesse de l’air, qui vous fera hurler de rire et qui montre qu’elle a fait un sacré chemin depuis "interview avec le vampire" et gagne ici très certainement ses galons de star à part entière.

Tout ce petit monde va donc se voir, se parler, s’affronter, rire et pleurer et ce dans parfois des situations comiques, folles que seules certains moments de la vie nous réservent et pour lesquels on dirait volontiers "C’est incroyable".

C’est une très jolie histoire à laquelle on est convié, avec beaucoup de sentiments et qui de plus est tournée dans les décors même de l’action avec tout ce que cela comporte.
J’ai été très étonné de voir à quel point le film se veut réaliste car dès l’arrivée d’Orlando dans le Kentucky vous entendez même le bruit des locomotives dans le lointain. Comme vous le voyez rien n’a été laissé au hasard et Crowe arrive fort bien à nous faire ressentir son aventure.

La photographie est fort réussie et nous baigne dans l’ambiance du vieux sud tout en restant réelle et crédible, et colle parfaitement au métrage.

C’est aussi un formidable voyage à travers les États-Unis auquel on nous convie et j’ai moi même découvert des villes et sites que je ne connaissais pas.

Un des aspects les plus intéressants et les plus “ fun ” du film est l’avalanche de chansons et de musiques, toutes aussi sympathiques les unes que les autres et à ce titre le film vaut son pesant d’or. Quand on dit qu’une bande son est 50% d’un film "Elisabethtown" en est la preuve.

Avec cette étude de personnages et cette "tranche de vie" le film souffre (vous en jugerez par vous même) d’une dernière demie heure qui s’étire en longueur et dont je pense on aurait pu couper une bonne vingtaine de minutes. Crowe insiste sur certaines choses qui ne sont guère nécessaires et c’est dommage pour un film très réussi d’oú la violence est inexistante et oú l’on ne trouve pas d’explosion toutes les dix minutes.

Ceci dit "Elisabethtown" reste un excellent divertissement, oscillant entre la comédie et le drame, mené de front par Orlando Bloom et Kirsten Dunst et dont la bande son à elle seule vous fera passer un très agréable moment. En ce moment de véritable marasme cinématographique, et malgré son aspect "un peu long", le film de Crowe nous apporte une fraîcheur qui vraiment est la bienvenue.

Un très bon moment en perspective.

Marc Sessego

Corrections Andrée Cormier



Retour au sommaire