SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - TV -  Infos -  Une parodie de "Star Trek" défie Hollywood


Article précédent :
Heroes récupère les acteurs de VM

Une parodie de "Star Trek" défie Hollywood

Article suivant :
La jeunesse de Merlin


sur
l’internet (MAGAZINE)

HELSINKI, 15 oct 2005 - Avec un budget dérisoire,
des étudiants
finlandais ont réalisé une parodie de la célèbre série de
science-fiction
"Star Trek", dont le succès fulgurant sur l’internet
intrigue à Hollywood.
"Nous n’avons pas directement reçu d’offre officielle de
producteurs qui
nous proposeraient des millions de dollars mais le film n’a
pas laissé
indifférents" les patrons de certaines majors
hollywoodiennes, laisse entendre
Timo Vuorensola, le jeune réalisateur de "Star Wreck : In
the Pirkinning".
"On verra ce que l’avenir nous réserve", dit-il,
énigmatique, dans un
entretien à l’AFP.
Tourné en numérique, ce long-métrage de 103 minutes a
été téléchargé 1,7
million de fois depuis sa sortie le 1er octobre et le
chiffre ne cesse
d’augmenter (www.starwreck.com). Un destin inespéré pour
une oeuvre d’amateurs
tournée entièrement en finnois et sous-titrée en anglais !
Son budget ? Environ 10.000 euros (12.000 dollars), soit
le coût d’un
centième de seconde de "Titanic", le film le plus cher de
l’histoire du cinéma
(200 millions de dollars).
Directement inspirée de la série (quasiment) éponyme
"Star trek", "Star
Wreck" raconte les mésaventures galactiques du capitaine
Pirk, antihéros de
l’espace dont le vaisseau Kickstart s’échoue alors que des
envahisseurs
menacent la Terre.
L’intrigue est rudimentaire et tient plus du recyclage
que de la création
mais le film est drôle et le personnage mythique du
capitaine Kirk est
détourné avec humour.
Le premier épisode de "Star Wreck", réalisé en 1992, est
antérieur à
l’explosion de l’internet. Il s’agissait alors d’un film
d’animation à la
technique sommaire, resté quasiment confidentiel.
"+Star Wreck VI+ est né en 1999. On voulait faire un 20
minutes mais on
s’est aperçu qu’on avait assez de matériel et d’idées pour
faire plus long,
sans savoir que cela nous prendrait sept ans", admet Timo
Vuorensola.
Le résultat est époustouflant au regard des moyens et
des circonstances du
tournage et les effets spéciaux valent bien, pour un
non-initié, ceux des
"Star Wars" ou de "Babylon 5", dont les créateurs de "Star
Wreck" se sont
également inspirés.
Une école a prêté la caméra. Les intérieurs ont été
filmés dans un
appartement. Les comédiens ont joué devant un vieux morceau
de linoléum bleu
et les scènes ont ensuite été intégrées à un décor
entièrement artificiel
conçu en trois dimensions sur ordinateur.
Pour ses auteurs, étudiants ou sans emploi âgés de 24 à
28 ans, passionnés
d’image, le succès de "Star Wreck" est un sésame vers les
circuits officiels
du cinéma, un financement, une production professionnelle.
Mais le film ne
sortira pas en salle, quoi qu’en pense Hollywood.
"C’est un film à but non-lucratif. Nous n’avons rien
contre l’idée qu’il
puisse passer en salle mais nous voulions dès le départ
qu’il soit gratuit et
accessible au plus grand nombre", assure Timo Vuorensola.
"Ce n’est pas
l’esprit. 300 personnes ont travaillé bénévolement pour
nous".
Tee-shirts et DVD sont néanmoins en vente sur
l’internet.
Un nouvau projet est à l’étude. Pour le cinéma, cette
fois. "Nous voulons
combiner la diffusion en salle et la diffusion gratuite sur
l’internet. Je ne
crois pas que cela soit conflictuel", estime Timo
Vuorensola.




Retour au sommaire des infos TV

S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com