SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  The Dukes of Hazzard (Sherif, fais-moi peur !)


"The Dukes of Hazzard (Sherif, fais-moi peur !)" de Jay Chandrasekhar

Sortie en France : le 28 août 2005
Avec Seann William Scott, Johnny Knoxville, Jessica Simpson

Enfin une adaptation réussie, un passage à l’an 2000 validé : une bonne comédie sans prétention.

N’allez pas non plus imaginer que vous êtes devant le prochain long métrage oscarisable. Il s’agit d’une bonne comédie qui fleure bon le terroir et le foin avec pas mal de moment comiques qui réjouissent le public.

Bo et Luke Duke sont deux jeunes rednecks vivants dans le bienheureux comté de Hazzard. Elevés par leur oncle Jesse (le chanteur/acteur de country Willie Nelson) avec leur cousine Daisy (Jessica Simpson), ils occupent leur journée entre leurs potes, les livraisons d’alcool frelaté et les beuveries au "Repaire de du sanglier".

Boss Hogg (Burt Reynolds), l’entrepreneur véreux de la ville compte se servir d’un rallye automobile pour détourner l’attention des habitants afin de faire passer aux votes la construction d’une mine de graphite sur les propriétés de plusieurs.

Bo (Seann William Scott), roi du volant, compte bien gagner le circuit tout en détournant Les manigances de Boss Hogg avec Luke (le fou-furieux Johnny Knoxville) et tous ses amis.

Vive les Sudistes ? On pourrait être néanmoins embarrassés par ce que cela représente de nos jours. Sensation vite chassée par l’arrivée des Duke’s à Atlanta ! L’énorme Union Jack sur le toit du General Lee suscite les vivas comme les huées. Les deux cousins semblent loin de ces considérations racistes et s’est rassurant.

Bon film de l’été, sa sortie fin août permet de rallonger cette période de détente. L’été indien en France, mieux que les impôts à payer, n’hésitez pas !

PS : A noter, un petit rôle occupé par Lynda Carter, l’irremplaçable Wonder Woman.



Retour au sommaire