SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Quatre frères (Four Brothers)


"Quatre frères (Four Brothers)" de John Singleton

 

Sortie en france : 05 Octobre 2005
Avec Mark Wahlberg, Terrence Dashon Howard, Taraji Henson

4 sur 5

N’y a-t-il pas un proverbe en France qui dit : “ La vengeance est un plat qui se mange froid ” et j’ajouterai : “ et même glacé ” ? Et bien, John Singleton (Shaft, 2 fast 2 furious) avec son nouveau film “ 4 Brothers ” (je devrais dire avec son nouveau Western moderne), nous en fait une violente démonstration.

L’histoire se passe dans les bas fonds de Detroit, en plein hiver et neige et glace sont présentes durant tout le métrage (Comme j’ai raison de parler de vengeance glacée ! !) et dès les premières images nous voyons une charmante et douce grand-mère aux cheveux blancs, Évelyn Mercer (Fionnula Flanagan) entrer dans une épicerie pour acheter la fameuse dinde de “ Thanksgiving ”. Elle en profite pour tancer vertement un tout jeune noir que le caissier vient de surprendre volant des bonbons... Mauvais choix de magasins et mauvais voisinage pensons-nous aussitôt car, en effet, quelques instants plus tard deux hommes masqués et armés font irruption, volent la caisse, tuent le caissier et bien sûr la vieille femme qui s’était cachée dans un coin.

Son enterrement ramène à la maison ses 4 fils adoptifs (deux sont noirs et deux sont blancs) Bobby (Mark Walhberg), l’aîné des 4 frères : joueur de hockey, un hyper coléreux au cœur d’or, Angel (Tyrese Gibson) brièvement militaire qui vit une aventure “ torride ” avec une jeune et belle hispanique, Jeremiah (André Benjamin), marié avec des enfants et qui essaie d’ouvrir son propre “ business ” et le petit dernier Jack (Garrett Hedlund) un musicien de Rock à demi-célèbre dans l’État.

L’enquête de la Police s’orientant vers une mort lors d’un banal hold-up, nos 4 frères décident d’en avoir le cœur net et lorsqu’ils visionnent la vidéo prise par la caméra du magasin au moment du hold-up il s’aperçoivent qu’en fait ils n’assistent pas à un cambriolage mais bien à une exécution : c’était leur mère qui était visée ! Qui pouvait bien avoir mis un contrat sur la tête d’une innocente vieille dame ?

Ils n’ont désormais plus qu’une idée en tête : trouver les tueurs mais aussi celui qui a donné les ordres et..... les enterrer ! ! Pour résoudre le meurtre de leur mère, Les frères Mercer ont l’approche de la Bible “ Un œil pour un œil ” et ils n’ignorent pas l’implication morale de leurs actions c’est pour eux simplement nécessaire......

Et nous allons plonger jusqu’au cou dans la corruption policière, la corruption politique et j’en passe mais, petit à petit, nos 4 frères remontent la filière et découvre qu’au sommet de tout ca se trouve Victor Sweet (Chiwetel Ejiofor de Dirty Pretty Things), un seigneur du crime. comme ils ne sont pas des enfants de choeur et ne font pas dans la dentelle on va pouvoir suivre nos justiciers au nombre de morts qu’ils laissent derrière eux.

L’une des choses que ce film montre le mieux c’est sans aucun doute l’amour et l’accord complet qui existent entre les 4 frères qui, bien que n’étant pas du même sang ni de la même race, sont une famille à part entière : nous y croyons, la connexion existe bel et bien et l’on sent l’affection qui les unit. Côté acteurs on peut dire que tous ont été parfaitement choisi, Mark Walhberg en leader de ce quatuor de “ nettoyeurs ” est absolument parfait et nous prouve que lorsqu’il est bien dirigé il a un énorme potentiel d’acteur dans ses gènes. André Benjamin, mieux connu sous le nom de “ André 3000 ” du groupe hip-hop “ Outkast ” - après quelques apparitions dans des films comme “ Hollywood Homicide ” ou “ Be cool ” - nous prouve ici qu’il a une réel talent de comédien et le rôle qu’il joue est hyper intéressant car il est plus mature que ses frères mais a le chic pour se fourrer dans les ennuis. Un des supporting rôle qui mérite d’être mentionné est celui de Chiwetel Ejiofor en Sociopathe égomaniaque Victor Sweet : Il est terrifiant et la scène oú il contrôle et rabaisse au rang d’animaux ses hommes de main est absolument sinistre.

N’oublions pas Terrence Howard qui, ici fait une prestation de poids en détective Green de la Police de Detroit dont le partenaire Fowler (Josh Charles) est à la botte des criminels.

Il y a une quantité énorme de fantastiques séquences d’action bien que souvent hyper violentes : poursuites en voitures, coups de poing, fusillades etc.... et, cramponnez bien votre fauteuil pour la bataille rangée entre les frères coincés dans la maison de leur mère et les hommes de main de Victor Sweet, c’est à vous couper le souffle et l’on peut dire que John Singleton a parfaitement capturé le milieu que sont les bas fonds de Detroit oú le crime y est rampant, il apporte une extrême intensité aux scènes de violence et d’action mais il nous démontre aussi que dans diverses sociétés des personnes de races différentes peuvent appartenir à la même famille..

A noter que les premières scènes ont un réel impact émotionnel, et particulièrement celle oú nous voyons les 4 frères assis pour le dîner de Thanksgiving : la caméra recule pour nous montrer, au bout de la table, une chaise vide... Chacun d’eux la regarde et ils revoient leur mère leur parlant affectueusement. C’est un moment poignant et l’on peut sentir leur désir de trouver qui est responsable de sa mort. D’ailleurs, Singleton utilise cette technique plusieurs fois dans le film et nous voyons Évelyn apparaître leur parlant et leur donnant le genre de conseil qu’elle leur donnait lorsqu’ils étaient enfants...

“ Four Brothers ” est un film oú l’action ne stoppe jamais, il ne tombe jamais à plat, il y a quelques scènes amusantes entre les frères et je me suis surprise à rire mais, elles ne sont pas la majorité car c’est à un drame que nous assistons avec règlement de comptes à la clef.... C’est un film qui a le pouvoir de vous tenir rivé sur votre siège et même oublier que vous avez pop-corn ou esquimau dans la main !

A voir...

Andrée Cormier



Retour au sommaire