SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Furtif


"Furtif" de Rob Cohen

 

(Stealth)
Note : 1,5 sur 4
Sortie en France : 24 Août 2005
Avec Josh Lucas, Jessica Biel, Jamie Foxx

Dans la série des films d’action.... films de l’été, vient de sortir « Stealth » de Rob Cohen (« XXX » et « the fast & the furious ») : beaucoup d’énergie, d’explosions, de vitesse et d’action comme dans un jeu vidéo mais aussi un scénario très, très faible que nous devons à W.D. Ritcher et un Jamie Foxx en-dessous de tout ce qu’on peut imaginer : bref un film dingue mais divertissant qui nous fait penser à un mélange de « Top Gun », « 2001 l’Odyssée de l’espace » et « l’Étoffe des Héros ».

L’histoire en est plus que simple mais l’action, la vitesse et les poussées d’adrénaline sont là et les jeune garçons de 16/17 ans vont aimer.....

Le film commence sur une introduction écrite annonçant qu’afin d’organiser le combat contre le terrorisme un nouveau programme a été développé incluant une élite de pilotes de chasse utilisée dans des missions secrètes de « recherches et destruction » des cellules terroristes internationales. Ceci établit ainsi que le pouvoir de l’aviation américaine va leur permettre d’attaquer dans n’importe quelle région du globe.

Seuls 3 pilotes ont réussi à passer les épreuves parmi les centaines qui en ont fait la demande et c’est ainsi que finalement le groupe se compose du Lieutenant Ben Gannon (Josh Lucas), Henry Purcell (jamie Foxx) et Kara Wade (Jessica Biel).... Quelle superbe coïncidence n’est-ce pas, nous nous retrouvons là avec un pilote blanc, un pilote noir et... une femme pilote (le stéréotype parfait) !

Travaillant sous le contrôle du Capitaine George Cummings (Sam Shepard), celui-ci leur présente très vite le quatrième membre de leur équipe EDI, un nouveau genre de jet, un avion de guerre sans pilote, équipé seulement d’un ordinateur à l’intelligence artificielle extrêmement perfectionnée et qui est destiné à remplacer les pilotes humains. Il est indetectable, a une puissance de feu extraordinaire...et... il parle d’une voix grave et polie.

Il ne faut jamais croire un ordinateur qui vous parle d’une voix grave et polie : souvenez vous de « 2001 l’Odyssée de l’espace » et de HAL.... Ils semblent pacifiques, raisonnables et... patatra !

Placés sur le porte-avions « Abraham Lincoln » en plein Pacifique, ordre est donné à nos 3 pilotes de faire un test de combat en compagnie d’EDI qui est simplement programmé pour regarder et apprendre des pilotes humains les différentes manoeuvres de combat aérien. Sur le retour, traversant une zone orageuse, la foudre vient frapper l’avion robot provoquant des courts-circuits qui endommagent tout son système. EDI se met alors à penser par lui même, refuse d’obéir aux ordres et se programme de nouvelles et réelles cibles au risque de provoquer une 3eme Guerre Mondiale.

Nos 3 amis sont alors chargés de l’arrêter.

A partir de ce point, l’action non-stop va se dérouler en acrobatiques gymnastique aérienne et en combats entre avions de chasse et l’on peut réellement dire que depuis « Top Gun » nous n’avions pas vu autant de jets rugir en dolby sur un écran : les effets sonores sont là et vous en avez plein les oreilles !

Pour ceux qui veulent de l’excitement au plus haut niveau, qui aiment voir un tas de jets volant à toute vitesse dans un bruit de tonnerre, c’est leur film car les scènes en sont merveilleusement bien chorégraphiées et elle sont splendides ! D’ailleurs, le film entier est superbement photographié par Dean Semler dont la renommée n’est plus à faire (Alamo, XXX, Danse avec les loups) et les séquences d’action sont vraiment impressionnantes, par exemple lorsque EDI et Ben vont sauver Kara qui s’est éjectée au-dessus de la Corée du Nord et essaie d’échapper aux militaires coréens (on retrouve le film « derrière les lignes ennemies »).

Dommages que tout soit si stéréotypé et accompagné de dialogue stupides, on aurait voulu, par exemple que le caractère d’EDI soit plus développé : puisqu’il pense par lui même il fallait aller jusqu’au bout or il n’est, en fait, qu’un prétexte pour nous amener à la romance qui nait entre Ben et Kara. Par ailleurs, le film n’établit jamais réellement la raison pour laquelle la Navy ne veut plus utiliser de pilotes humains.

Côté acteurs, Josh Lucas, dans son uniforme blanc d’officier de la Navy, rejoint d’une manière incontestable la liste des rares acteurs à la séduction ravageuse et dévastatrice (Gary Grant, Tom Cruise pour ne citer qu’eux) et Jessica Biel est superbement sexy, avec ou sans uniforme, et la scène oú nous la découvrons, en bikini turquoise, sous une cascade en Thaïlande, est on ne peut plus rafraîchissante pour nous aussi : Enfin une femme qui n’est pas un sac d’os et qui a des courbes juste là oú il faut bien que magnifiquement musclée !.

Par contre, Jamie Foxx lui, ne joue pas, il est là c’est tout. C’en est même embarrassant pour lui ! On a le droit au stéréotype complet du militaire « dragueur » et même à une imitation (mauvaise) de Ray Charles ! On est à des milliers d’années-lumière de « Collatéral » ou de « Ray ». Il est vrai qu’il tourna ce film avant « Ray » pour lequel il obtint l’Oscar. Heureusement, le film démarre vraiment après qu’il ait disparu de l’écran et la fin dont l’action atteint la puissance 1000 vous laisse à bout de souffle mais, de l’action, encore de l’action, toujours de l’action est-ce bien suffisant pour faire un bon film. ?

« Stealth » est complètement ridicule et stupide mais c’est « fun » et techniquement il est extrêmement bien fait et a la capacité de plaire aux jeunes et à ceux qui voudront simplement être dans un cockpit à Mach 3 ou 4, entendre le rugissement des moteurs et voir des combats entre avions de chasse et des explosions massives. Les autres retiendront son manque de consistance, ses dialogues stupides, son manque de crédibilité et dès qu’ils seront sortis de la salle il l’auront déjà complètement oublié !

Andrée Cormier



Retour au sommaire