SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Les 4400, saison 1
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Les 4400, saison 1"
de

Les 4400, saison 1
Produit par Francis Ford Coppola
Avec Peter Coyote, Jacqueline McKenzie, Joel Guetsch
Paramount Vidéo

On le sait depuis maintenant quelques années, le paysage télévisuel s’est largement
enrichi par des séries aux qualités surpassant allègrement celles de bien des
longs métrages cinéma. On ne va pas toutes les citer mais pour mémoire, les classiques se nomment « X-Files », « Millennium », « Oz », « The shield », etc... Bientôt, on y rajoutera « Lost » et le sublime « La caravane de l’étrange ». Mais certainement pas ce « 4400 » qui se voulait très ambitieux sur le papier et qui se révèle tout simplement banal.
Sur plusieurs années, des personnes disparaissent. Aujourd’hui, dans un coin reculé d’Amérique du Nord, ces 4400 personnes réapparaissent toutes en même temps. Le FBI se charge de l’enquête en parallèle à la réinsertion progressive et pas toujours évidente de chacun, certains venant de près d’un siècle en arrière. De plus, il semblerait que ce retour s’accompagne de pouvoirs extraordinaires qui pourraient modifier le futur. Et quel que soit un des 4400, à savoir un honnête homme ou un psychopathe en puissance.
Hé oui, tout cela semble bien alléchant sauf qu’au fur et à mesure des épisodes, on décroche rapidement. La faute à un traitement classique d’un sujet ambitieux. A l’opposé, prenez « Lost » : sur le papier, comme ça, là, ça ne casse pas trois pattes à un canard, ça peut ressembler à une variante des « Robinsons Suisses ». Sauf que chaque personnage existe et se révèle très riche, que chaque action d’un épisode est vraiment bien liée aux autres, faisant avancer l’ensemble vers un dénouement qui en devient passionnant tant il génère de suppositions. C’est tout ce qu’il n’y a pas dans « 4400 » : chaque épisode est d’une richesse minime, ciblant un personnage, oubliant le véritable but de cet événement incroyable, et en plus desservi souvent par une réalisation trop classique. Bref, malgré des efforts et une première saison courte (c’est une mini série de 6 épisodes en gros), « Les 4400 » ne laissera pas de marque dans l‘histoire des séries TV.

Stéphane Thiellement

Note : film : 2/10 DVD : 1/10 (copie excellente, format 1.78 image 16/9ème, vostf)
Bonus : rien.



Retour au sommaire