SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Deep impact

Article précédent :
Le Japon traque les trous noirs

Deep impact

Article suivant :
Particules élémentaires : on va comprendre enfin !


Deep Impact, l’"impacteur" de la sonde américaine, un projectile de cuivre de 370 kilos, a percuté lundi la comète Tempel-1 ; l’objectif étant d’étudier son coeur de glace dans l’espoir d’en savoir un peu plus sur la formation de notre système solaire.

C’est la première fois qu’un engin spatial touche la surface d’une comète pour ce feu d’artifice spatial dignes des plus grandes productions hollywoodiennes. Sur Terre, l’annonce de l’impact a déclenché un tonnerre d’applaudissements et des embrassades au centre de contrôle de la mission confiée au "Jet Propulsion Laboratory" de la NASA à Pasadena, en Californie.

"Nous avons touché la comète extactement où on voulait", s’est félicité Don Yeomans, l’un des scientifiques de la NASA.

Six mois après son lancement, et le jour-même de la fête nationale américaine, l’"impacteur" a percuté la comète Tempel-1 comme prévu à 5h52 GMT (7h52 heure française), a précisé le "Jet Propulsion Laboratory", responsable de cette mission d’un coût de 333 millions de dollars (275 millions d’euros)

Lancé de Cap Canaveral, en Floride, Deep Impact avait entamé le 12 janvier ce voyage de six mois et 431 millions de kilomètres.

La comète Tempel-1, qui se trouve actuellement à environ 130 millions de kilomètres de la Terre, évolue sur une orbite elliptique entre Mars et Jupiter. Le choc avec la sonde de cuivre ne devrait pas altérer de façon significative son trajet autour du soleil, a assuré la NASA à propos de cette mission qui ne présente aucun danger pour la Terre.

La collision à grande vitesse (37.000km/h) entre la comète et la sonde a été visible au télescope depuis certaines régions du continent américain.

Sur la plage de Waikiki à Hawaï, plus d’une centaine de milliers de personnes ont pu voir l’impact sur grand écran. "C’est presque comme dans un film de science fiction", a souligné Steve Lin, un médecin de Honolulu accompagné de son fils, Robi, sept ans.

"Impactor" a creusé dans Tempel-1 un cratère de la taille d’une maison ou d’un stade. Elle a également projeter de la glace, des poussières et des gaz, révélant la matière vierge jusqu’alors sous la surface du noyau de Tempel-1.

Après son larguage, "Impactor" a parcouru 800.000km pour atteindre la comète. L’impact a produit un effet similaire à l’explosion de près de cinq tonnes d’explosif TNT.

Pendant ce temps, l’engin spatial Deep Impact (titre d’un film de science-fiction sorti en 1998) s’était repositionné pour prendre place à environ 8.000km de là pour photographier l’impact et envoyer à la Terre les images haute résolution et infrarouge.

L’impact a été également suivi par les télescopes spatiaux Hubble et Spitzer. L’Agence spatiale européenne (ESA), elle, a fait appel à son chasseur de comète Rosetta et à son observatoire XMM-Newton. Au total, des scientifiques d’une vingtaine de pays ont observé la collision.

Les comètes se sont formées il y a environ 4,5 milliards d’années, à peu près en même temps que le système solaire lui-même. Lorsqu’un nuage de gaz et de poussière s’est condensé pour créer le soleil et les planètes, les comètes se sont formées à partir des ingrédients qu’il restait. Leur étude devrait fournir de précieuses informations.

Jusqu’à présent, seules les particules contenues dans la queue des comètes ont pu être prélevées et examinées. La mission Deep Impact doit permettre pour la première fois de regarder ce que renferme la croûte du noyau. AP




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com