SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  The Aviator


"The Aviator"
de Martin Scorcese

Warner Home Vidéo Catalog number # 38939
2 dvd 9 anamorphic widescreen 16/9
Image : 4/5
Son : 4

L’image : En ce qui concerne l’image, l’on peut vraiment dire que ce dvd est un "gagnant" en recréant un style visuel rétro des plus complexes où il ne faillit pas ! Par l’intermédiaire de certaines techniques d’éclairage et une reconstitution par ordinateur de deux procédés du Technicolor d’époque nous arrivons à un résultat final superbe et l’on se retrouve bel et bien à la grande époque, l’âge d’or d’Hollywood avec ce style parfaitement photographié et ici magnifiquement retranscrit. Le dvd offre une palette de couleurs extrêmement riches mais également un look « daté » ou la compression ne faillit pas. Parfois l’image donne même l’impression d’avoir été transférée à partir d’une très vieille pellicule et ce fait est tout à fait intentionnel dans l’histoire et son déroulement. Les images d’archives sont également parfaitement bien transférées et se "fondent" littéralement dans le métrage : Je vous conseille vivement de vous arrêter et de regarder et d’admirer les palettes incroyables de couleur, en particulier dans le chapitre 6, l’on se croirait véritablement en « Technicolor » alors que l’on est en lecture électronique dvd : Absolument saisissant....On observera les différents tons utilisés par Scorcèse ou plutôt par son photographe le très grand Robert Richardson dans la partie de golf, (excellente interaction entre Hughes et Katharine Hepburn) avec un gazon mi-vert mi-bleu, puis jetez un rapide coup d’œil à l’arrivée à la résidence des Hepburn dans le Connecticut, où chaque couleur semblent « sauter » de l’écran. L’on peut ici noter que chaque période de la vie de Hughes possède son ton et sa palette et que le transfert est en tous points remarquables.
Ce transfert a très peu de contours vidéo, peut être parfois remarquerons nous une légère saturation mais elle est inhérente au support. La compression est dans l’ensemble excellente, quoique parfois des pixels soient visibles dans certains arrières plans (Oui Je « chipote » vraiment car je ne m’en suis aperçu qu’a la deuxième vision du dvd).
Dans l’ensemble la photographie de Robert Richardson a été superbement transférée et nous emporte de 1927 jusqu’en 1947.
Je serai très curieux de redécouvrir le film en DVD HD (Haute définition).

Le son : Anglais dolby digital 5.1, Français 2.0 « dolby surround ».
Sous-titres : Français, Anglais et Espagnol.
Note : Bravo à « Warner Home Vidéo » pour cette édition quasi internationale. Je n’ai pas approfondi la version V.F. 2.0 mais après les écoutes de quelques passages, elle se révèle de très bonnes factures pour les non anglophiles, et c’est une très bonne chose. Encore une fois, tout le monde peut voir et apprécier « the Aviator ».
Dès le début, la bande son révèle une superbe intelligibilité des dialogues : c’est dans l’ensemble, très clair et naturel. La musique est présentée en bonne localisation avec les scènes et ajoute encore plus de réalisme. La stéréo avant est très impressionnante et donne une véritable vie à la « scène avant ». Les canaux arrières sont aussi très présents et délivrent un superbe champ sonore, les scènes de bars et de cabarets sont superbes.
La grosse, je dirai même l’énorme déception sur ce film se situe au niveau des mouvements sonores de l’avant en arrière, qui sont soit proéminents, soit, à moitié mixé, ou soit complètement inexistants. Certaines scènes aériennes auraient pu donner un véritable champ sonore et auraient ainsi pu intensifier l’action mais elles n’existent tout simplement pas. Parfois le son apparaît d’un bout à l’autre mais aucun effets ne vient les renforcer. C’est surprenant pour un tel film où il y avait vraiment matière pour faire un mixage "véritablement détonnant". Ceci dit les effets sonores sont parfois bel et bien présents (les flashes d’époques des appareils photos, Hughes « cassant » sa vitesse et atterrissant sans un champ, le « crash », très impressionnant ou encore l’allumage des 8 hélices de l’avion « hercules » où là, véritablement, tous les canaux sont sollicités, avec de superbes basses). On ne retrouve pas cela dans tout le film et c’est vraiment très dommage.
Les dialogues eux sont superbes d’intelligibilité et parfois ont un aspect un tantinet étouffé quand l’action prend le pas, ceci étant certainement dû à l’encodage du dvd qui, à mon énorme surprise, n’a été enregistré qu’à 384 bits par seconde, le dvd ne restituant ainsi les sons des 6 pistes qu‘avec cette très maigre place. (Par exemple, « Résident evil 2 » est encodée à 448 bits !!!!). Je deviens ici, effectivement, extrêmement technique mais je ne comptais vraiment pas trouver un débit aussi bas pour un film de cette ampleur !
Dans l’ensemble une bonne bande son qui vous fera passer un très agréable moment mais qui au final se retrouve très en dessous de ce qu’elle aurait pu être et en y ajoutant ce très bas encodage, c’est encore pire.
J’espère que d’autres éditions seront bien meilleures, et peut-être verrons nous l’apparition d’une version dolby plein débit ou même une version « dts », qui même à mi-débit serait une joie en soi car elle nous permettrait pleinement d’apprécier ce film. Je n’aurais jamais imaginer ne donner que "4/5" à cette bande son dolby.
Pour le moment ce dvd suffira, mais je pense que l’on trouvera un bien meilleur pressage en Europe ou en Asie, nos amis nippons sont tellement amoureux du cinéma qu’il serait bien capable de nous livrer une version identique à celle - par exemple - de leur « Kill Bill » de Tarantino.
Alors, Un peu de patience et dès qu’une nouvelle version "d’Aviator" fera surface, croyez-moi, je ne manquerai pas de la chroniquer pour vous.

Suppléments :

Disque 1 : vous trouverez les commentaires de Martin Scorcèse, du monteur Thelma Schoonmaker et du producteur Michael Mann.

Disque 2 : Une scène coupée, et les segments suivants :

- Un très sympathique documentaire de 12 minutes « Une vie sans limites, le making de l’aviateur », et « le rôle d’Howard Hughes dans l’histoire de l‘aviation » de 15 minutes sur le fascination de Hughes pour l’aviation
- Un documentaire de 44 minutes de la chaîne TV « history channel » intitulé « une merveille moderne : Howard Hughes »,
- un documents de 14 minutes sur ses obsessions,
- 15 minutes de conversation avec Leonardo Di Caprio, Martin Scorcèse et la veuve de Howard Hughes Terry Moore enregistrées le 2 décembre 2004.
- Une soirée avec Di Caprio et Alan Alda qui est une interview des 2 acteurs,
- un segments de 1 minute sur le effets spéciaux, « construire l’aviateur »,
- un documentaire de 6 minutes sur le travail de Dante Ferreti sur le film en tant que chef décorateur,
- « Les costumes de l’aviateur », un documentaire de 4 minutes de la chef costumière Sandy Powell,
- 8 minutes sur les maquillages du film,
- 7 minutes sur Howard Shore et comment il a composé la musique du film,
- « The wainwright family » un documentaire sur l’une des familles de chanteurs qui apportent leur contribution au film,
- une brève publicité sur la musique,
- et une galerie de photos.

Marc Sessego
Correction Andrée Cormier



Retour au sommaire