SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Crash


"Crash" de Paul Haggis

D’autres images originales seront mises en ligne dans les prochaines heures.
 

Date de sortie : 21 Septembre 2005
Avec Sandra Bullock, Don Cheadle, Matt Dillon
Durée : 1h 40min. Année de production : 2004

Premiers pas derrière la camera du scénariste de « Million dollar baby » qui a tout raflé récemment aux oscars, « Crash » se distingue par une intrigue simple et très réaliste et par un casting quelque peu sidérant : Sandra bullock, Brendan Fraser, Matt Dillon, Don Cheadle, et Thandie Newton pour ne citer qu’eux.....

Los Angeles. Un accident de voitures amène des gens à se rencontrer et à s’imbriquer alors qu’ils sont, à la base, de parfaits inconnus les uns envers les autres.

D’un script à la base simple et très « quotidien » dans sa structure narrative, le réalisateur brosse un parfait ensemble de personnages tout aussi différents les uns que les autres et ce qu’il montre est d’un réalisme stupéfiant. « Crash » est aux antipodes du film « pop corn » et va vous clouer dans votre fauteuil car c’est à une avalanche d’émotions et de situations aussi intenses qu‘éprouvantes auxquelles le spectateur est convié. Si vous connaissez Los Angeles, vous vous sentirez encore plus impliqué car vous reconnaîtrez des endroits - tel « Ventura Boulevard » - qui vous donne une impression de réalisme qui vous mettra mal a l’aise.

En soi, le scénario est un bijou d’écriture et tout s’enchaîne à un rythme effréné et l’on ne sait pas sur quoi on va déboucher si ce n’ est sur des actions parfois chocs et inattendues. Crash n’amuse pas, il lance tout un tas de réflexions et de pensées aussi fortes telles le racisme, la tolérance, la violence, l’abus de pouvoir, les horreurs quotidiennes cachées mais présentes et parfois horrifiques (La vente d’esclaves asiatiques)

La mise en scène est simple mais redoutablement efficace car le réalisateur ne fait jamais d’esbroufe ni de « tape à l’œil ». Il filme ce qui se passe et nous montre le côté très réel des choses, ce qui pourrait peut être même passer pour un portrait de la vie quotidienne et ce qui arrive. Paul Haggis est un vétéran de la télévision et il utilise à merveille le cinémascope pour nous englober visuellement dans les situations de ses personnages. C’est très bien photographié mais c’est simplement photographié... ici pas d’« alien » ou de « zombies », une histoire simple, juste, tellement vraie de notre réalité quotidienne.

A travers ses acteurs Paul Haggis tresse un canevas de personnages tout aussi fouillé et complexe les uns que les autres et l’identification aux personnages est immédiate. Brendan Fraser casse son image de « la momie » en avocat du comté retord et glacial, Sandra Bullock incarne sa femme avec toutes les réactions que celle-ci peut avoir après que leur véhicule se soit fait « pirater » et qu‘elle se soit retrouvée avec un revolver pointé en plein visage. Elle nous donne ici quelques séquences émotionnellement très fortes à des milliers d’années lumière des rôles auxquels elle nous a habitués ces derniers temps, Thandie Newton (oubliez « Mission Impossible « 2 »), est tout simplement stupéfiante, Matt Dillon, impeccable dans un rôle de flic au bout du rouleau et outrepassant ses droits. Les deux partagent une séquence d’accident automobile où ils sont simplement extraordinaires de vérités et de justesse. Ils « habitent » leur personnages et cette séquence est l’une des plus fortes que j’ai vu depuis longtemps à la limite de l’insoutenable et à la tension incroyable. On retrouve également Don Cheadle dans un rôle tout en finesse et profondeur, Ryan philippe qui trouve ici un rôle à sa mesure et se retrouve comme ses collègues acteurs extrêmement bien dirigé. et bien d’autres encore qui sont tous incroyablement bien guidés.

Le film possède également une bande son qui, dès l’ouverture, est très envoûtante et qui lui confère un aspect très spécial et définitivement à l’opposé du film de divertissement. Aucun « délire » sonore et ne vous attendez pas à une profusion d’explosions dans tous les coins car ce n’est pas le but du film. La bande son est au service de son histoire et l’appuie tel qu’il se doit.

Ne vous attendez donc pas à un film « pop corn » et si vous n’avez la possibilité de découvrir le film que par l’intermédiaire du support « dvd » ou vidéo, ne le choisissez pas pour une soirée entre amis ou avec votre copine, car vous en aurez très vite l’estomac retourné et l’émotion viendra rapidement tout submerger.

Préparez-vous à une avalanche d’émotions et à un récit à la férocité impitoyable mais véridique, simple et magistralement interprété par un ensemble de comédiens au sommet de leur Art comme on aimerait les voir plus souvent.

« Crash » entre dans le panthéon des « grands » films d’auteurs, et nous démontre que le cinéma peut encore nous apporter des oeuvres d’une puissance inouïe, mais ne l’appelle-t-on pas le 7eme art ?. « Crash » en est une des raisons.......

Marc Sessego



Retour au sommaire