SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Wendigo


"Wendigo"
de Larry Fessenden


Avec Jake Weber, Patricia Clarkson, John Speredakos
WE Productions Vidéo

Un film d’horreur et d’épouvante encensé par la presse US, ce n’est pas toujours bon signe. Surtout si cela provient de critiques d’ordinaires plus enclins à défendre des œuvres d’auteur qui se creusent et torturent les méninges pour rendre compliquer une histoire simple. « Wendigo » possèède donc ce genre d’excellente réputation ; cependant, en trois ans, personne ne l’a sorti en salles, il n’est jamais passé dans un Festival, bref, on reste sur ses gardes. Au vu du film, on comprend pourquoi.
Miles, 8 ans, et ses parents partent en week-end dans un chalet situé en pleine montagne. C’est alors qu’un accident les frappe et qu’à partir de là, leurs existences vont s’en trouver perturbées. En effet, il semblerait que cela ait réveillé le Wendigo, ce démon indien cruel qui va se servir de Miles pour faire exploser sa rage.
Dit comme ça, on peut penser qu’on a là une bonne série B horrifique. Sauf que le réalisateur, Larry Fessenden, est du genre à vouloir donner du sérieux au fantastique.
Résultat des courses : très rapidement, « Wendigo » ennuie, tout simplement. A trop intellectualiser son propos, Fessenden tue en même temps tous les ressorts de son intrigue et fait dévier son shocker vers un film d’auteur à tendance paranoïaque et surnaturelle, appuyé par une mise en scène très « documentaire » ! N’étant pas de surcroît un surdoué dans le genre, « Wendigo » pâtit alors de cette approche certes originale mais aussi pesante, et qui ne trouvera d’échos que chez ceux qui dénigrent le genre dans ses plus simples fondements, le Fantastique en tant que tel.
En plus, tout cela est conforté par l’apport de bonus conséquents dont un bon making-of, et surtout une interview de Fessenden qui achève de nous convaincre que son Fantastique ne s’adresse pas aux purs fans du genre mais presque à leurs détracteurs. En gros, ces derniers diront qu’il s’agit là de « Fantastique intelligent ». Donc à fuir pour les autres.

Note : film : 1/10 DVD : 6/10 (copie bonne, format 1.85 image 16/9ème compatible 4/3, vostf)
Bonus (vostf) : making-of ; fin alternative (aussi mauvaise que celle gardée pour le film) ; interview du réalisateur.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire