SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Vampires 3 : la dernière éclipse du soleil (Vampires : the turning)


"Vampires 3 : la dernière éclipse du soleil (Vampires : the turning)"
de Marty Weiss

Avec Colin Egglesfield, Stephanie Chao, Patrick Bauchau
Columbia TriStar Home Vidéo

Seconde « séquelle » inspirée par le chef-d’œuvre de John Carpenter, après la très moyenne réalisée par son vieux pote Tommy Lee Wallace (dont les titres de noblesse sont « Halloween 3 », « Ça », et un peu en dessous quand même « Vampire, vous avez dit vampire ? 2 »), celle-ci atteint de telles profondeurs dans la nullité qu’il y ait de grandes chances que la « saga » se termine ici. En fait, tout est lié au titre, le reste n’entretenant quasiment aucun rapport avec le matériau de base si ce n’est bien entendu le vampirisme. Passons à « Vampires 3 » : un jeune couple américain se retrouve lors de leurs vacances en Thaïlande au cœur d’une lutte séculaire entre 2 clans de vampires, ceux qui veulent bouffer de l’humain et ceux qui veulent humaniser leurs conditions d’existence. Quand sa copine est kidnappée par le cruel Niran, Connor n’a guère d’alternative : il doit s’allier aux autres pour la délivrer ou repartir célibataire aux USA !
Mal réalisé, bavard, ridicule, avec des effets spéciaux se limitant aux canines proéminentes et une interprétation dominée par un célèbre has been, le suisse Patrick Bauchau (c’est dire !), « Vampires 3 » est l’exemple type du « direct-to-video » monté sur un titre à succès avec un budget des plus étriqués pour lancer les productions d’une nouvelle société. C’est aussi le meilleur moyen de saborder le genre avec des films d’un inintérêt tel qu’il ne donne plus envie d’en voir d’autres. La jaquette est attirante, l’histoire semble prenante et au final, l’amateur se promettra qu’on ne l’y reprendra plus. Ne riez pas, dans les années 80, c’est ce qui a tué en grande partie le genre avec des inédits vidéo aux visuels démentiels mais au contenu affligeant. Alors, si vous regardez « Vampires 3 », prenez-le indépendamment du film de Carpenter, en tant que petit inédit vidéo ringue, parfait pour une soirée pizza. C’est tout, pas plus, pas moins. Ah si, de la même boîte de production, on a aussi un Steven Seagal, « Into the sun » : quasiment pas d’action, et Seagal qui joue à l’acteur. Là, vous tenez la soirée d’enfer !

Note : 1/10 DVD : 1/10 (mais copie bonne, format d’origine 1.85 image 16/9ème)
Bonus : nada total.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire