SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Interviews -  J. Gregory Keyes


Interview de J. Gregory Keyes
Par Par Jérôme Vincent

Dernier ajout : samedi 10 avril 2004

"J. Gregory Keyes"

Il y a quelques mois, J. Gregory Keyes lançait un gros pavé dans la mare avec Les Démons du Roi Soleil. Cette histoire complètement folle de l’Europe au XVIIe siècle mélangeant science, alchimie et jeux de pouvoirs lui a valu le Grand prix de l’Imaginaire 2002. Une œuvre riche et foisonnante qui valait bien quelques questions à cet auteur américain de 39 ans.


Comment avez-vous découvert la science-fiction ? Y a-t-il des livres qui vous aient marqués ?



Je suis “ tombé dans le SF ” lorsque j’étais très jeune – j’ai lu Moon of Mutiny, de Lester Del Rey lorsque j’avais sept ou huit ans ainsi que tout ce que je pouvais trouver à l’époque. Notre bibliothèque locale n’avait pas de système de classement par genre, donc j’ai commencé avec le “ A ” pour finir avec le “ Z ”, en essayant de trouver des titres de SF. À l’époque j’adorais Heinlein, Asimov, Alan Nourse, Robert Silverberg, Van Vogt, etc. J’ai découvert la fantasy plus tard, avec Tolkien, à l’âge de douze ans. Je l’ai choisi en pensant que c’était de la SF, lorsque je me suis rendu compte que c’était autre chose... je ne pouvais plus lâcher le bouquin.


Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?


Je crois que la réponse découle de la précédente – quand vous adorez lire, vous avez tendance à vouloir écrire. Lorsque j’ai réalisé que les livres étaient écrits par des gens comme vous et moi, j’ai naturellement eu envie de faire pareil. J’ai rédigé des nouvelles et des romans (que je n’ai jamais terminés) pendant toute ma jeunesse. C’est à l’âge de vingt-sept que j’ai acquis la maturité nécessaire et la détermination de finir un roman – avant cela, je n’avais pas la discipline, ni le courage d’écrire tous les jours jusqu’à ce qu’un roman soit terminé.


Comment est née l’idée de cette tétralogie ?


En partie d’un voyage en Europe – à Florence, où j’ai visité un musée d’instruments scientifiques qui m’ont beaucoup impressionné (tout comme le majeur de Galilée mis sous verre). Ensuite, je suis allé à Prague, avec son passé marqué par l’alchimie, la Cabale et la sorcellerie. Cela rejoignait une idée que j’avais eue : celle d’un monde alternatif où l’Amérique de Nord possède une histoire différente. Une histoire où le mélange racial est plus équitable entre les Européens, les Indiens, les Africains, au contraire de la situation actuelle, très eurocentriste. Cela signifiait changer radicalement la face de l’Europe du dix-huitième.


Lorsque j’ai commencé à faire des recherches, j’ai découvert la nature scientifique et alchimique des travaux de Newton et j’en suis arrivé à l’idée d’un monde alternatif où les lois naturelles seraient légèrement différentes des nôtres. Une différence qui nécessite les méthodes et les théories de Newton pour la comprendre.


Y a-t-il des livres ou des auteurs qui vous aient inspiré pour ce cycle ?


Mes premières influences, celles qui m’ont poussé vers la fantasy “ historique ”, ce sont sans doute les œuvres de Moorcock, particulièrement la série de Von Bek. Mais lorsque je suis allé à la pêche aux idées, je me suis rabattu sur des auteurs historiques pour “ sentir ” l’époque. Des gens comme Dumas, Voltaire ou Defoe. J’ai également lu la biographie de pas mal de personnages historiques.


Vous jouez beaucoup avec les personnages historiques, n’est-ce pas quelque peu impressionnant pour un auteur ? N’avez-vous pas eu peur de réactions épidermiques d’admirateurs d’Isaac Newton par exemple ?


Bien entendu ! J’imaginais le regard des historiens au-dessus de mon épaule et je me sentais redevable. Malgré la nature fictionnelle de mon œuvre, j’ai effectué beaucoup de recherches et même si j’ai pris des libertés avec certains personnages, je les ai fait évoluer dans un cadre logique, en corrélation avec leur comportement à l’époque.


Votre cycle vous a-t-il demandé beaucoup de documentation ?


J’ai des étagères de livres et de documents. Des textes cabalistiques, les travaux scientifiques (et non-scientifiques) de Newton, les œuvres complètes de Benjamin Franklin et quelques autres. Certains documents sont difficiles à trouver. Un livre m’a particulièrement aidé, The Hunting Of The Green Lyon, The Foundations Of Newton’s Alchemy, un essai doctoral de B.J. Teeter Dobbs. J’ai également visité les salles des œuvres rares de certaines bibliothèques. J’ai pu ainsi consulter des ouvrages originaux, écrit de la main de disciples de Newton, mais qui n’ont jamais été publiés. L’un d’eux parle des conséquences de l’écrasement d’une comète sur la terre. J’ai passé pas mal de temps à étudier les plans des villes où se passe l’intrigue des romans, comme le plan de Sir Christopher Wren qui a servi à reconstruire Londres après le Grand Incendie. J’ai trouvé des portraits des personnages pour en faire des descriptions. Je me suis plongé dans divers journaux intimes de missionnaires, de naturalistes et de voyageurs qui ont exploré ce qui est aujourd’hui le sud des USA.


En France, nous venons de découvrir le second tome de la tétralogie. Pouvez-vous nous dévoiler quelques éléments de la suite du cycle ?


Le troisième et le quatrième livres se déroulent dix ans après le deuxième tome. Le monde a beaucoup changé. Le vieux continent est soit en plein chaos, soit sous la domination russe et la “ science ” russe des Malakim. Le nouveau monde est le dernier bastion de la raison. La cour de France de Phillipe (duc d’Orléans dans le premier livre) s’est retirée en Amérique du Nord (New Paris se trouve près de Mobile, en Alabama) et la cour d’Angleterre, en exil, essaie de survivre sous les Stuart. Le Tsar Peter a disparu et des forces sombres se rassemblent sous la coupe d’un mystérieux Enfant-Soleil. Benjamin Franklin et ses pairs tentent de créer une science qui ne doit rien au Malalim. Franklin, Adrienne et le shaman Indien Red Shoes essaient de comprendre la vraie nature de l’existence et le monde physique avant qu’il soit détruit par les machinations des Malakim. Attendez-vous à une science toujours plus étrange, plus de croyances dérivées de celles des Indiens d’Amérique, quelques surprises et beaucoup d’action.


Quels sont vos projets ? Sur quoi travaillez-vous actuellement ?


Ah, je voudrais pouvoir lire mon futur ! J’espère pouvoir revenir rapidement en France.


J’écris une série de livres intitulée Kingdoms Of Thorn And Bone. Le premier roman s’appelle The Briar King et il est actuellement sous presse. C’est de la fantasy, sur une base historique. Cela se passe dans un autre monde, peuplé des descendants de diverses ethnies historiques (les Ostrogoths, les Gaulois, les Colons Roanoke de Virginie...). C’est une histoire qui explore davantage des sujets mythiques plutôt qu’historiques ou de sciences alternatives. Je m’amuse beaucoup à écrire cette saga.



Retour au sommaire