SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Est-ce la fin des cétacés et particulièrement des baleines ?

Article précédent :
La destruction des écosystèmes menace le développement

Est-ce la fin des cétacés et particulièrement des baleines ?

Article suivant :
Blog sur l’eau



Depuis des années, au sein de la CBI (Commission Baleinière Internationale) la bataille fait rage entre pro-chasse et anti-chasse.

La Norvège, l’Islande et le Japon poursuivent la chasse commerciale, malgré le moratoire décidé en 1986 pour la protection des baleines qui sont de moins en moins nombreuses. (Moratoire qui n’a jamais été respecte par ces Pays).

Afin de freiner les volontés protectrices de la CBI, ces leaders pro-chasse ont tenté de convaincre d’autres Pays de les suivre ... et maintenant, le Japon menace de quitter la commission pour créer son propre organisme de gestion de la chasse à la baleine.

Ces 3 Pays estiment en effet que certaines espèces de cétacés sont abondantes et peuvent être chassées.

L’un des arguments du Japon ou de la Norvège, favorables à la reprise de la pêche commerciale à la baleine, est que certains cétacés sont trop nombreux et qu’ils mangent trop de poissons ! Pourtant, deux chercheurs canadiens Daniel Pauly et Kristin Kaschner, de l’université de Colombie britannique (Vancouver), ont dressé des cartes des zones de pêche humaine et des zones de consommation des cétacés et d’autres mammifères marins comme les phoques. ils ont établi ce rapport pour l’association Humane Society International, et ont mis sur pied une ‘’grille’’ de 180.000 ‘’cellules’’ couvrant les océans et ils ont quantifié les prises dans ces parcelles au cours des années 90. Les zones de pêche des uns et les zones d’alimentation des autres ne se recoupent presque pas, expliquent les chercheurs. Les cétacés se nourrissent beaucoup dans des zones interdites à la pêche comme l’Arctique et l’Antarctique, et ils ne mangent pas les mêmes produits de la mer.

Aussi les deux chercheurs ont-ils réaffirmé haut et fort lors de la dernière réunion de la CBI que Les baleines et les autres cétacés n’étaient pas responsables de l’effondrement des réserves naturelles de poissons dans les océans. (peut-être faudrait-il chercher du cote des humains non ?)

Andree Cormier




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com